Evénements

© www.map-photos.com/N. & P. Mioulane

Réussir un jardin suspendu

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

© www.map-photos.com/F. StraussLe mot d'ordre pour réussir un joli décor en jardinière consiste à éviter l'alignement régulier des plantes et à marier plusieurs espèces dans le même contenant. Plantez toujours le centre avec des végétaux dressés ou amples et les bordures avec des formes retombantes, souples, légères. L'important est de parvenir à « faire oublier » la jardinière, afin de focaliser le regard sur l'association végétale, comme dans un massif du jardin.

 

Sur le plan de la composition, il n'y a pas de limites à la créativité. Vous pouvez décliner des thèmes (par exemple feuillages variés ou panachés, exotisme avec plantes d'intérieur ou méditerranéennes, plantes aromatiques, légumes, parfum, plantes grasses, fougères, etc.) ou des couleurs (monochrome, camaïeu, contraste). N'hésitez pas à répéter plusieurs fois le motif sur différentes fenêtres. Un effet d'unité est toujours très fort vu de loin. Comble de raffinement, pensez à associer des paniers suspendus reprenant les mêmes associations de plantes. Tout est affaire de goût, mais aussi d'exposition, les plantes étant forcément différentes à l'ombre et au soleil.

 

© www.map-photos.com/F. StraussSur le balcon pensez à associer des récipients de formes, de matériaux et de dimensions différents. Ne les disposez pas en rangs d'oignons, mais regroupez-les, comme s'il s'agissait de composer un massif dans le jardin. Utilisez différents supports afin de créer un décor dans le plan vertical, ce qui donnera une dimension nouvelle à votre espace. Vous compléterez la décoration de manière originale avec des paniers suspendus qui permettent d'habiller de fleurs un volume habituellement nu.

 

Des supports pour le volume

 

Colonnes, cubes, piédestaux, voire même pierres plates, constituent autant de moyens pour surélever les plantes en pots. Une telle position est indispensable pour mettre en valeur les végétaux à port retombant. Il est aussi utile d'employer ces artifices pour donner du volume. Tous les récipients plats comme les coupes, les jarres ou les terrines gagnent à être surélevés.

 

© www.map-photos.com/F. DidillonAttention, la hauteur du support doit présenter des proportions harmonieuses avec le contenant et ses plantations. Ainsi, une coupe ronde de 20 cm de hauteur, contenant des fleurs à port souple de 20 à 30 cm de haut, sera soutenue par un socle de 30 à 50 cm de haut. Si la coupe contient un arbuste de 50 à 60 cm de haut, il faudra limiter la hauteur du support à 20 cm environ. Faites des essais, c'est avant tout une question de coup d'œil et de sens des proportions. Il paraît incongru d'installer une toute petite coupe en haut d'un grand piédestal. À l'inverse, une plante fastigiée ne doit pas non plus être trop surélevée.

Les étagères

 

Idéales pour regrouper les petits pots sur plusieurs niveaux, les étagères connaissent une vogue accrue aujourd'hui. La plupart des modèles proposés pour le balcon ou la terrasse sont en fer forgé. Ils s'inspirent des créations des époques victorienne, puis « arts déco », qui avaient fait fureur à la fin du xixe siècle et dans les années 1920. On trouve aussi des étagères en lattis de bois, mais elles sont plutôt réservées à un usage intérieur, tout comme les modèles en rotin.

 

© www.map-photos.com/F. StraussCertaines étagères sont constituées d'une armature métallique qui maintient horizontalement des plaques de polycarbonate transparent sur lesquelles on dispose les pots. Le défaut principal de ce système est de jouer le rôle de soucoupe, ce qui peut conduire à des excès d'humidité en période de pluies abondantes. Préférez les étagères à claire-voie qui permettent une meilleure aération des racines. Le défaut de nombre d'étagères est de ne pas rendre possible la mise en place de pots de plus de 20 cm de diamètre, avec souvent des plantes qui se gênent les unes les autres. Optez pour un modèle aux niveaux déportés dont chaque étage est bien espacé.

 

Bien choisir les contenants

 

© www.map-photos.com/N. & P. MioulanePots, bacs, jardinières, vases, coupes, etc. se déclinent dans des formes, des finitions et des matériaux très variés.

Choisir le bon récipient est affaire de goût, de budget et de dimensions.

N'hésitez pas à investir dans l'achat des contenants, car ils constituent la partie fixe et durable de votre décoration de balcon. Méfiez-vous des promotions trop alléchantes qui cachent souvent des matériaux de très bas de gamme et décevants à l'usage.

 

La résine (plastique) ce sont les modèles les moins chers. Ils offrent l'avantage de la légèreté, de la facilité d'entretien et de la neutralité du matériau. Préférez-les si vous devez souvent déplacer des plantes de grande taille. Outre une esthétique parfois contestable, leur principal défaut est d'être souvent trop étroites, et surtout de manquer de rigidité. Une fois plantées, elles se cintrent, ce qui n'est pas toujours très esthétique. Attention, en raison de leur légèreté, il faut les accrocher solidement sur le balcon.

 

Il existe aujourd'hui une offre très large de contenants en résine qui atteint même le très haut de gamme. C'est dans ce matériau que l'on trouve les formes les plus contemporaines et même certains produits très novateurs comme les bacs lumineux, sublimes le soir et la nuit.

 

La poterie (terre cuite) permet toutes les formes, toutes les décorations. Il existe des centaines de modèles différents dans le commerce. La poterie est appréciée pour l'authenticité de son matériau, la finesse de sa patine, son élégance et sa stabilité. Assurez-vous que le modèle choisi est garanti résistant au gel. D'une manière générale, les poteries en provenance de l'Inde ou du Mexique, ainsi que les modèles vernis ou laqués doivent être rentrés à l'abri en hiver. La porosité de la terre cuite est aussi un point fort, mais il faut la nettoyer à l'eau de Javel avant toute réutilisation, afin d'éliminer d'éventuels germes pathogènes.

 

Les écarts de prix peuvent être considérables (de 1 à 5, voire plus) entre une poterie « industrielle » et un modèle artisanal. Il est vrai que chez ces derniers, on trouve de véritables œuvres signées, personnalisées.

 

Le conseil de Promojardin : utilisez des contenants volumineux pour réduire la fréquence des arrosages. Sachez qu'il faut une profondeur d'au moins 15 cm pour réussir des fleurs annuelles et saisonnières, 20 cm pour des vivaces, de 25 à 30 cm pour des légumes, de 30 à 40 cm pour les arbustes et les rosiers et de 40 à 50 cm pour les petits arbres et les plantes grimpantes.

 

Les système de fixation

 

© www.map-photos.com/N. & P. MioulaneSachez que, sur le plan civil, vous êtes responsable des accidents provoqués par la chute d'une jardinière. Il est d'ailleurs interdit d'accrocher les balconnières sur l'extérieur des balustrades.

Les supports doivent être vérifiés chaque année à la sortie de l'hiver. S'ils semblent fragilisés par la rouille, n'hésitez pas à les changer.

Il y a plusieurs moyens pour maintenir les jardinières en place. Pour celles qui s'accrochent sur les balustrades, on trouve de nombreux supports métalliques dans lesquels s'insèrent les contenants. L'important est d'associer les bonnes dimensions de chacun. Mais il existe aussi des modèles réglables.

Pour les jardinières posées sur le rebord d'une fenêtre, on utilise des sortes de serre-joints en forme de cornières. Chaque angle de la partie avant de la jardinière est coincé dedans, tandis que le support serre le rebord de la fenêtre.

 

Le conseil de Promojardin : vous avez la possibilité de sceller définitivement la jardinière sur le rebord de fenêtre (par exemple avec de la colle pour carrelage), ce qui évite alors tout risque de chute accidentelle.

 

BALCON VENTE

 

© www.map-photos.com/N. & P. MioulanePour accueillir des plantations de qualité, mais également pour servir d'espace de détente, un balcon doit être abrité des vents dominants. Sur la végétation le vent a un effet notoirement néfaste. Il dessèche le terreau, casse les fleurs et les branches, ralentit la végétation, nuit à la floraison.

 

Le commerce propose de très nombreux modèles (en bois ou en plastique) de palissades, de claustras, des panneaux et des treillis brise-vent, qui permettent de créer un microclimat beaucoup plus favorable, tout en isolant le balcon des regards indiscrets.

 

Ces éléments modulaires, très faciles et rapides à installer, peuvent être associés à des pergolas et différentes structures ornementales (arches, treillages), afin de composer une base de décor qui va personnaliser le balcon.

Beaucoup de végétaux à feuillage persistant peuvent former des brise-vent naturels.

 

Les écrans totaux ou les éléments d'occultation entièrement opaques sont déconseillés pour couper l'effet néfaste du vent. En effet, le rôle du brise-vent est de se laisser traverser par le souffle, avec pour but de le ralentir. Un panneau plein est simplement contourné par le vent qui passe par dessus, avec aussi le risque que la pression exercée en cas de tempête provoque des dégâts.

 

Le conseil de Promojardin : la protection s'étend sur une longueur de cinq à dix fois la hauteur de la plante. Un arbuste ou un bambou de 2 m de haut assure donc une coupure du vent sur 10 à 20 m de distance. Pour des plantes de 2 m de haut, des bacs de 40 cm de profondeur environ conviennent idéalement.

 

 

Le terreau, support de culture

 

© www.map-photos.com/N. & P. MioulaneUn bon terreau doit à la fois être léger, poreux, souple, aéré, fertile et bien retenir l'humidité. Pour conjuguer toutes ces qualités, il doit être composé d'au moins trois à quatre matières premières. Vérifiez-le sur la composition qui figure obligatoirement au dos des sacs.

 

Le terreau idéal ne se compacte pas et se gonfle comme une éponge lorsqu'on l'arrose, restituant l'eau qu'il contient dès que la plante le sollicite. Pour qu'il offre ces caractéristiques, le terreau que vous achetez ne doit pas être trop finement tamisé. Il doit contenir des écorces et de la tourbe fibreuse pour le drainage, de la tourbe noire pour sa richesse organique et de la tourbe blonde pour sa capacité de rétention en eau. Les géraniums apprécieront un substrat un peu plus compact qui peut contenir un quart de terre de jardin ou de limon.

 

Le conseil de Promojardin : n'oubliez surtout pas de drainer le fond du récipient avec un lit de billes d'argile expansée. Toute jardinière doit comporter au moins un trou d'évacuation de l'eau en excès. Vous pouvez l'obstruer en partie avec un petit morceau de grillage plastique à mailles fines. Vous éviterez ainsi de voir du terreau partir avec l'eau, à chaque arrosage.

 

La fertilisation, nourriture indispensable

 

© www.map-photos.com/N. PasquelDans une potée ou une jardinière, il faut considérer le terreau comme un support de culture et non comme un élément de fertilité et de croissance. Le volume disponible est trop faible pour que le substrat assure son rôle habituel de « garde-manger » des plantes. En raison du faible volume de terre contenu dans les pots et même les bacs, les éléments minéraux qui assurent la nutrition des plantes, sont épuisés entre cinq et huit semaines après la plantation. Sans engrais, les plantes restent chétives dans les jardinières. Le développement optimum des plantes nécessite donc un apport d'engrais régulier.

 

L'engrais doit être considéré comme de la nourriture pour les végétaux (les substances contenues dans les produits sont des minéraux assimilables par les plantes). Sur un balcon ou une terrasse, on pratique la culture hors-sol (dans des contenants), ce qui élimine tout problème de pollution des nappes phréatiques.

 

La solution la plus simple consiste à utiliser des engrais liquides. Pour les balconnières fleuries, utilisez de l'engrais « géraniums » ou « plantes fleuries ». Pour les jardinières de feuillage ou d'arbustes, un bon engrais « plantes vertes » convient idéalement. Si vous cultivez des légumes et des plantes aromatiques, utilisez un engrais « tomates » ou « légumes ». Si vous avez osé les fruitiers nains, des groseilliers, des fraisiers, un engrais « fruits » ou « fraisiers » est adéquat.

 

L'engrais doit toujours être apporté sur un sol humide, sinon vous risquez de provoquer des brûlures des racines. Certains engrais peuvent être absorbés par les feuilles (on les dit « foliaires »), vous pouvez les appliquer par pulvérisation ou aspersion. C'est le cas principalement des engrais en poudres solubles. Ne jamais fertiliser en plein soleil.

 

Si vous êtes débutant, utilisez des produits à action lente en granulés ou en perles, qui libèrent leurs éléments fertilisants au fur et à mesure des arrosages sans risque de brûlure pour les plantes. Une seule application suffit pour plusieurs mois. L'engrais liquide permet une fertilisation plus ponctuelle et l'utilisation de matières premières d'origine naturelle (tourteaux de betterave, guano, etc.).

 

Le conseil de Promojardin : la technique la plus efficace sans aucun risque de surdosage, consiste à diluer le contenu d'un bouchon d'engrais dans un arrosoir de 8 à 10 l (et non dans 1 ou 2 l comme indiqué sur le flacon) et d'arroser les jardinières ou les potées d'avril à mi-juillet, puis en septembre avec cette solution peu concentrée.

 

Bien soigner les plantes du balcon

 

© www.map-photos.com/PasmiouLes espèces cultivées en bacs et jardinières posent rarement de graves problèmes de culture si elles sont bien adaptées à l'exposition et au climat du balcon ou de la terrasse. Le succès passe par la pose de brise-vent pour éviter les courants d'air et par le respect des exigences des plantes en matière d'arrosage.

 

Ne mouillez pas le feuillage pour éviter le développement de maladies cryptogamiques comme l'oïdium (blanc), qui prolifère lorsque l'eau stagne sur le feuillage.

 

En cas d'attaque parasitaire dégâts des pucerons, rouille sur les géraniums, mildiou sur les tomates et les pétunias, attaques des chenilles, etc. traitez avec un produit utilisable en culture biologique (pyrèthre et roténone pour les insecticides, cuivre et soufre pour les anti-maladies ou fongicides) Respectez scrupuleusement les doses et les conditions d'applications préconisées par le fabricant. Vaporisez le produit finement avec un pulvérisateur, sans qu'il se concentre ni ruisselle sur la plante.

 

Le conseil de Promojardin : renouvelez trois fois les traitements à huit jours d'intervalle pour éviter les réinfestations.

 

 

L'arrosage des plantes en pots

 

© www.map-photos.com/PasmiouSavoir bien arroser les bacs et jardinières est la clé du succès. De début juin à fin août, apportez l'eau de préférence le soir « à la fraîche ». Le reste de l'année, plutôt dans la matinée. Un arrosage par semaine suffit lorsque la température ne dépasse pas 15 °C et deux fois par semaine, de 15 à 20 °C. Entre 20 et 25 °C, arrosez tous les deux jours, de 25 à 30 °C, l'apport d'eau sera quotidien. Au-dessus de 30 °C, mouillez généreusement les potées matin et soir.

 

Assurez-vous que le contenant choisi est bien muni d'un ou de plusieurs trous, pour évacuer l'eau en excès. Éliminez toujours l'eau qui va s'accumuler dans la soucoupe placée sous le pot. Faites aussi attention qu'elle ne déborde pas, arrosez donc avec parcimonie.

 

Le conseil de Promojardin : un bon arrosage doit mouiller tout le volume de terre contenu dans le pot ou la jardinière. Plongez une baguette en bambou dans le terreau. Si des particules de terreau adhèrent lorsque vous la ressortez du pot, c'est que l'arrosage a été efficace.

 

La plantation

 

Vous pouvez planter toute l'année les végétaux proposés en pot ou en conteneur, quelles que soient les espèces. En revanche, attendez que les risques de gelées soient passées pour installer les plantes estivales qui sont généralement assez frileuses (géraniums, pétunias, bégonias, etc.).

 

Trempez la motte dans l'eau avant d'installer la plante. Il faut saturer le terreau d'eau, c'est à dire qu'il n'y ait plus aucun dégagement de bulles d'air. Démêlez les racines si elles forment un chignon et n'hésitez pas si besoin à trancher la partie inférieure de la motte sur 1 cm d'épaisseur. Enterrez la plante jusqu'au collet (point de jonction de la tige et des racines) et tassez avec les doigts. Arrosez systématiquement.

 

Pour bien planter une jardinière…

 

© www.map-photos.com/Pasmiou- Obstruez l'orifice situé au fond du pot avec un gros tesson de poterie ou un morceau de très fin grillage en plastique.

 

- Une épaisseur de feutre jardin posé au fond du récipient va éviter que du terreau ne s'évacue par le trou de drainage après les arrosages. Cette précaution est importante pour éviter de souiller le balcon ou la terrasse.

 

- Placez sur le feutre une couche drainante de 3 cm de billes d'argile expansée, de mâche fer concassé ou de gravillons. Remplissez ensuite avec le substrat.

 

- Mettez la plante en place, sans abîmer la motte en en desserrant les racines si elles forment un chignon épais. Plantez assez profond, la motte d'origine devant être couverte de 2 cm de terreau environ. Terminez pas un arrosage copieux.

 

Le conseil de Promojardin : le secret de la longévité des plantations dans les jardinières tient dans la suppression régulière des fleurs fanées et dans l'élimination des inflorescences de toutes les espèces à feuillage.

 

Conseils de la Commission Balcons-terrasses de Promojardin

 

© www.map-photos.com/N. & P. Mioulane- Une balconnière réussie ne doit pas comporter plus des 2/3 de plantes à fleurs, le vert des feuillages n'ayant pas son pareil pour enrichir de nuances la composition.

 

- Donnez de l'ampleur à votre décor de balcon, en y ajoutant chèvrefeuille ou clématite, qui habilleront le mur de façade ou la balustrade.

 

- Disposez au fond des pots ou des jardinières un lit de gravillons ou de billes d'argile, qui empêchera le terreau de se colmater.

 

- Si une jardinière ou un pot a souffert de la sécheresse, immergez-le jusqu'à la moitié de sa hauteur pendant une heure environ.

 

- Pour bien stimuler la floraison, coupez d'un tiers de leur longueur les jeunes tiges qui ne portent pas de fleurs.

 

- Pour limiter les effets réfléchissants d'un mur clair, habillez-le avec un treillage décoratif à mailles fines. Les plantes ne risqueront pas de « griller ».

 

- Toutes les balconnières doivent être accrochées sur la rambarde du côté de la maison, jamais à l'extérieur, même dans une maison individuelle.

 

- L'harmonie d'une potée nécessite une proportion équilibrée entre la hauteur du récipient et celle de la plantation. Il faut que les végétaux atteignent au minimum la même hauteur que le pot pour ne pas paraître incongrus. En revanche, ne dépassez pas 3 fois la hauteur du pot pour des raisons de stabilité et d'équilibre. Donc, dans un pot de 50 cm de hauteur, une plante de 1,50 m maximum et de 50 cm minimum.

 

- Ne placez pas les potées dans les zones ventées, surtout si vous les plantez avec des végétaux conduits sur tige. Un anthémis ou un fuchsia tige par exemple tombent à la moindre brise.

 

Garnir un panier suspendu

 

© www.map-photos.com/F. StraussVous trouvez aujourd'hui dans le commerce un choix de plus en plus important de paniers à suspendre et de potences pour les accrocher. Pensez à bien associer les deux, car les systèmes d'accrochage ne sont pas toujours compatibles.

 

- Disposez à l'intérieur du panier, une coque en tourbe compressée. Très pratique, elle comprend des zones latérales prédécoupées qu'il suffit d'ouvrir pour y faire passer une plante retombante.

 

- Étalez une couche de terreau au fond de la coque. Utilisez des jeunes plants en privilégiant les espèces retombantes (Lobelia, Helichrysum, Surfinia, géranium lierre, verveine, Scaevola, Bidens, pourpier, bacopa, lotus, Glechoma, lierre panaché, Plectranthus, etc.). Faites glisser les tiges dans les orifices. Disposez la motte de racines à plat sur le terreau.

 

- Couvrez les racines d'une fine couche de substrat. Posez ensuite dessus les plantes verticales (fuchsia, calcéolaire, pétunia, muflier, œillet d'Inde, géranium zonale, etc.) au centre du panier, et les retombantes sur les bords. Espacez chaque plante de 10 à 15 cm environ.

 

- Recouvrez toutes les racines de terreau et tassez bien. Terminez par un arrosage, de préférence par trempage de la suspension dans un grand seau d'eau. Il faut éviter l'utilisation de l'arrosoir ou du jet d'eau, dont la puissance entraîne le ravinement du terreau par les orifices latéraux du panier.

 

 

Haut de page