Evénements

LE JARDIN, C’EST LA SANTE PSYCHIQUE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

© www.map-photos.com/F. StraussJardiner, c'est une activité déstressante qui permet de se vider la tête par une relaxation de l'esprit.

 

Jardiner est une activité familiale, c'est un passe-temps agréable à partager avec ses proches.

 

Jardiner c'est un moment de bien-être.

 

Jardiner, c'est s'ouvrir un espace de liberté, oublier le contraintes.

 

Jardiner, c'est la valorisation de soi à travers un résultat palpable.

 

Plantes anti-stress

 

© www.map-photos.com/F. StraussLe stress disparaît lorsque la plante apparaît. La beauté des fleurs, cela se ressent de l'intérieur. Qu'il soit d'intérieur ou d'extérieur, le jardin est source de sérénité.

 

Diverses études de psychologie environnementale, réalisées en Norvège, au États-Unis et aux Pays-Bas dans des entreprises, des hôpitaux et des habitations, ont montré que la simple présence de plantes dans les pièces, créait une réelle sensation de bien-être, aidait à la concentration, réduisait le stress et stimulait la créativité.

 

C'est dû sans doute à une réaction primaire et instinctive qui fait que l'on se sent en général plus à l'aise dans un environnement naturel que dans un univers artificiel. Le besoin de verdure est « génétique ».

 

Les plantes émettent des ions négatifs, particules qui sont très utiles à la sensation de bien-être et qui manquent de manière chronique dans les appartements modernes.

 

Aux Pays-Bas, des études ont permis de montrer que les fleurs (en bouquets) et les plantes d'intérieur influençaient l'humeur des personnes grâce à la combinaison des effets psychologiques et esthétiques. Un site Internet (humeurenfleurs.com) traitant de ce sujet a été lancé le 1er février 2005.

 

Au Canada, l'association « Canadian Horticultural Therapy » a démontré que les personnes qui travaillent sur un ordinateur dans un bureau où il y a des plantes, sont 12 % plus productifs et moins stressés que celles qui effectuent le même travail dans un bureau qui en est dépourvu.

 

Ceux qui sont impliqués dans le jardinage trouvent la vie plus satisfaisante et estiment qu'ils bénéficient de plus d'événements positifs dans leur vie.

 

Le végétal absorbe les bruits

Selon le Fonds de recherche en écologie urbaine du Québec, la présence de pelouses en ville réduit de 20 à 30 % le niveau des bruits indésirables.

 

Élément de valorisation sociale

 

© www.map-photos.com/A. DescatOutre le fait qu'un beau jardin donne vis à vis de l'extérieur une image valorisante de son propriétaire, c'est aussi l'occasion de fraterniser avec le voisinage, de partager des expériences, de développer des passions et par conséquent de jouer un rôle phare dans la vie locale.

 

En partageant l'excédant de ses productions, en transmettant ses tours de main, le jardinier se valorise socialement.

 

> Ce livre est réservé aux adhérents de l'association PROMOJARDIN.

- Vous n'êtes pas encore adhérent, pour nous rejoindre, cliquez ici.
- Vous êtes adhérent, pour vous identifier, cliquez ici.

Haut de page