Evénements

EXCELLENTE PERFORMANCE À L’EXPORT POUR LES SEMENCES ET PLANTS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le GNIS (Groupement national interprofessionnel des semence et plants) a publié les performances à l'export de son secteur pour 2016. Après une pause en 2014-2015, le commerce extérieur de semences et plants est reparti à la hausse sur la campagne 2015/2016. Il affiche un solde bénéficiaire historique de 901 M€, soit 43 % du solde commercial des produits de l'agriculture, de la forêt et de la pêche. La France reste le leader mondial des exportations de semences de grandes cultures , devant les USA et les Pays-Bas.

Les entreprises de la filière, en majorité des PME (51 %), des micro-entreprises (24%) et des Entreprises de taille intermédiaire (18 %), exportent pour 1,6 Md€ vers 150 pays. La hausse des prix à l'international, notamment en oléagineux, maïs et pomme de terre, est la principale responsable de cette performance. Dans ce contexte, Les exportations ont augmenté de 7 %, compensant largement une hausse de 8 % des importations (667 M€). Le tournesol et les potagères sont les secteurs les plus en croissance à l'export.

Le maïs reste la principale espèce contribuant à la balance commerciale française des semences avec un solde positif de 423 M€, même si ce dernier a diminué de 8%.  La performance des plantes potagères et florales atteint un record historique de 267 M€ (+ 19 %). L'Union Européenne est le principal acheteur de semences potagères fines (62 % des exportations françaises).

Les exportations de semences oléagineuses bondissent globalement de 31 %, dégageant un excédent commercial de 190 M€. Elles sont portées par le tournesol dont les exportations gagnent 48 %..

Enfin, la filière des pommes de terre a également vécu une campagne dynamique d'échanges, portée par une remontée des prix de marché et une reprise sensible (+ 34 %) des ventes sur les pays de l'UE.

Sur les 901 M€ d'excédent commercial, 647 M€ résultent des échanges avec les partenaires de l'Union européenne. L'Allemagne vient en tête, suivie de l'Espagne, de l'Italie puis des Pays-Bas. La plus forte variation vient de la demande de l'Autriche pour les semences de maïs (+ 52 %), de tournesol (+ 86 %) et de colza (+ 50 %).

L'excédent commercial vers les pays tiers atteint la valeur record de 254 M€ (+ 49 %). Cette situation résulte de la reprise de nos échanges commerciaux avec la CEI Occidentale après deux campagnes difficiles dues à des tensions économiques et géopolitiques entre l'Ukraine et la Russie. La tendance est haussière sur tous les autres marchés à l'exception des pays du Proche et du Moyen Orient.

www.gnis.fr

Haut de page