Evénements

LES ROSIERS LABEL ROUGE AU SALON DU VÉGÉTAL

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

©Photo : www.map-photos.com - N. & P. Mioulane

Après avoir franchi avec succès la dernière étape de son homologation (la période nationale d'opposition), rien ne s'oppose plus, désormais, à la publication officielle du Label Rouge Rosier, par le Ministère de l'Agriculture. L'association Excellence végétale qui gère le dossier espère bien pouvoir annoncer l'officialisation au Salon du Végétal. En effet, les professionnels impliqués depuis 5 ans, dans ce lourd dossier, attendent ce moment avec impatience, même si les premiers rosiers sous label ne seront pas commercialisés avant l'automne.

C'est une filière de près de 1 000 producteurs (sur les 4 000 entreprises de production végétale en France) qui peuvent être concernés par le Label Rouge Rosier dans un marché qui représente en France 86 M€ (environ la moitié dans le périmètre de l'étude annuelle Promojardin)  pour 11 millions de plantes vendues.

Lors des jurys, à l'aveugle, les consommateurs ont reconnu la supériorité des rosiers candidats au label et ont clairement manifesté leur préférence pour ces plants. Il devrait en être de même sur le point de vente. La présence du logo Label Rouge sur le packaging viendra conforter leur choix et les rassurer.

Le Label Rouge Rosiers a été sélectionné par le jury pour le concourt de nouveautés Innovert du Salon du Végétal, dans la catégorie Innovation commerciale. Il fait partie des 47 nouveautés en compétition.

Une nouvelle section pour les plantes de terre de bruyère

Le marché français des azalées, bruyères, camélias, hydrangeas et hortensias, magnolias, rhododendrons, et autres plantes acidophiles représente un volume annuel de 6 millions de plantes pour un CA de 60 M€ (marché total français 2014 source Oniflhor). Après avoir rencontré des producteurs spécialistes de ces gammes, et entendu leur intérêt pour travailler ensemble sur un projet de signe de qualité, Excellence Végétale a décidé de créer une nouvelle section dès janvier de cette année.

L'enjeu consiste à identifier des critères qui puissent s'appliquer à l'ensemble des plantes entrant dans le champ de la labellisation. Un socle commun sera d'abord défini puis, pour chaque espèce, des spécificités pourront être retenues. L'objectif est d'aboutir à une homologation par espèce, par exemple : Hortensia de jardin Label Rouge, Camélia de jardin Label Rouge, Rhododendron de jardin Label Rouge... Ce mode de fonctionnement pourra s'étendre ensuite vers d'autres  groupes de végétaux tels les petits fruits.

www.qualite-plantes.org

 

En illustration : rosier ‘Elle'

Haut de page