Evénements

L’EUROPE ET LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le Parlement européen a voté le 26 novembre dernier une résolution sur le bien-être animal qui se décline en 27 points dont voici les éléments principaux  :

Les parlementaires considèrent qu'en matière de santé et de bien-être, la législation de l'Union en vigueur omet de considérer les animaux comme des êtres sensibles au sens de l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. Ils estiment que les problèmes actuels et spécifiques relatifs au bien-être des animaux, concernent non seulement la production animale dans le secteur agricole, mais également les animaux de compagnie, les équidés, les animaux exotiques et les autres animaux détenus ou commercialisés dans le cadre d'une activité économique. Ils doivent être résolus au niveau de l'Union.

Ils considèrent que le nombre croissant d'animaux exotiques servant d'animaux de compagnie peut entraîner une transmission accrue de maladies contagieuses aux animaux domestiques et que les plantes et les animaux exotiques peuvent échapper au contrôle et se propager pour devenir envahissants, menaçant les espèces autochtones et les habitats locaux, ce qui peut entraîner de graves effets socio-économiques.

Ils prennent conscience que les combats de chiens continuent de provoquer d'immenses souffrances ainsi que la mort de centaines de chiens dans l'Union. Ils  considèrent aussi que les mauvais traitements infligés aux chiens, notamment l'abandon, sont à l'origine du phénomène des chiens errants

 

Dans ce contexte, le groupe de travail s'est dit : « dit préoccupé par la mise en œuvre et l'application effectives de la législation actuelle de l'Union en matière de bien-être des animaux ». Il a notamment relevé que, sur les dix-neuf actions prévues dans la stratégie de l'Union européenne pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2012-2015, la Commission n'en a entrepris que neuf jusqu'à présent. Il invite la Commission à renforcer les normes existantes sur la base des dernières connaissances scientifiques et dans la perspective des négociations commerciales internationales avec les pays tiers qui n'assurent pas le même niveau de protection.

Les parlementaires exhortent la Commission de donner aux citoyens les capacités d'agir et de protéger les animaux, en publiant des conseils aux consommateurs à propos de l'achat, de la vente, du placement et de l'élevage des animaux détenus ou commercialisés dans le cadre d'une activité économique, en particulier pour ce qui est des chiens, des chats, des animaux exotiques et des équidés.

Ils invitent la Commission à présenter une proposition législative visant à interdire les combats de chiens dans l'Union et demandent à la Commission de présenter une proposition législative interdisant l'abattage des chiens errants et sauvages dans l'Union et de promouvoir d'autres méthodes sans cruauté de limitation de la population animale.

Ils  prient instamment la Commission et les États membres d'assortir le règlement (UE) n° 1143/2014 du Parlement européen et du Conseil du 22 octobre 2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes, d'une campagne d'information et d'éducation destinée à dissuader les citoyens d'acheter des espèces animales et végétales exotiques.

 

Pour voir le texte officiel de toutes les propositions, cliquez sur le lien : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+MOTION+B8-2015-1279+0+DOC+XML+V0//FR

Haut de page