Evénements

L’OBSERVATOIRE DES VERS LUISANTS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Femelle de lampyre bioluminescente. ©Kirov

C'est en été que l'on a le plus de chance d'observer ces insectes dotés d'une capacité de bioluminescence tout à fait extraordinaire et que l'on appelle scientifiquement lampyres (Lampyris noctiluca). Ce phénomène est dû à la mise en contact de deux molécules : la luciférine et la luciférase, produites par l'insecte au sein des cellules. Il s'en suit une réaction biochimique qui libère une grande quantité de lumière. Seules les femelles, au corps mou et segmenté, émettent de la bioluminescence sur la partie postérieure de leur corps.

Malheureusement, voir son jardin étinceler à la tombée de la nuit de ces lucioles est un spectacle magique de plus en plus rare.

C'est ce qui a conduit le Groupe Associatif Estuaire et Labocea-CNRS à proposer une nouvelle approche de science participative.

Les vers luisants constituent de précieux auxiliaires pour les jardiniers car ils se nourrissent exclusivement d'escargots et de limaces ! Or, les naturalistes constatent une disparition progressive de ces insectes. Les raisons restent encore mystérieuses : l'urbanisation, les pesticides, la pollution lumineuse des habitations, le climat ? Pour mieux comprendre les raisons de cette disparition, les partenaires du projet cherchent à faire émerger un réseau massif d'observations des vers luisants. Dès à présent, chacun est appelé à témoigner de leur présence ou de leur absence dans son jardin !

Lors de la phase d'essais mise en œuvre pour tester le concept, plus de 1 300 personnes ont déjà participé au programme ! Le but est triple :

         • La sensibilisation et la participation du grand public pour analyser les paramètres environnementaux qui influencent le maintien ou la disparition des populations de vers luisants ;

         • Le recueil de connaissances avec des réseaux de naturalistes pour préciser la distribution des espèces et leurs écologies respectives ;

         • Une approche scientifique des vers luisants au travers d'analyses ADN pour étudier la dérive génétique des populations isolées sur les îles bretonnes et rechercher partout en France de nouvelles espèces.

Le public peut découvrir des informations sur les vers luisants et participer au projet sur le site http://www.observatoire-asterella.fr/vers_luisants?p=CDP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En illustration : ver luisant dévorant un escargot. ©Heinz Albers

 

 

 

Haut de page