Evénements

MENACES SUR LES HORTICULTEURS ET LES PÉPINIÉRISTES

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le 28 février dernier, la FNPHP (Fédération nationale des Producteurs de l'Horticulture et des Pépinières) a publié le communiqué suivant que nous relayons dans son intégralité et sans commentaires :

Le monde du Végétal à l'asphyxie, comment le déséquilibre des forces tue la production

«  La lame de fond relative à la concentration des enseignes, qui existe depuis des années dans les domaines de la distribution alimentaire et non alimentaire, touche aujourd'hui le secteur du Végétal d'ornement et nécessite de relayer la situation de détresse que rencontrent les producteurs.

Les États généraux de l'Alimentation ont focalisé l'attention sur le secteur alimentaire. En tant qu'organisation représentative de la production ornementale (arbres et fleurs) en France, la FNPHP souhaite mettre en lumière les difficultés des producteurs face à ces concentrations d'achats toujours plus importantes.

Le modèle économique qui prédomine aujourd'hui conduit tout le monde dans le mur, et comme pour l'agriculture vivrière, c'est la production horticole qui est la plus touchée. Cette dernière se retrouve dans un rapport de force « producteur-distributeur » de plus en plus déséquilibré au sein d'un système qui semble à bout de souffle.

Les producteurs des végétaux d'ornement sont actuellement pris en étau entre leurs fournisseurs et leurs clients sans aucune marge de manœuvre. En effet, d'un côté des hausses de matières premières inéluctables en cours d'année, et de l'autre des prix de vente aux distributeurs qui ne peuvent pas évoluer. Pourtant chacun sait que pour être présent demain sur un marché toujours plus concurrentiel, il est essentiel de garder sa capacité à investir et à innover, c'est plus qu'une nécessité, c'est vital et primordial. Malheureusement bon nombre d'entreprises sont aujourd'hui privées de cette capacité du fait de l'absence de répartition équitable des marges qui ont maintenant disparu des entreprises du secteur horticole.

Le végétal est un secteur « tendance » auprès du grand public car il rime avec santé et bien-être. Il ne faut pas que l'argument serve « d'alibi nature » aux distributeurs pour faire toujours plus de profit au détriment des producteurs. La qualité des relations entre producteurs et distributeurs passe par un équilibre des rémunérations.

Le secteur de l'horticulture ornementale subit depuis plusieurs années des fermetures d'entreprises, avec parfois même des « acteurs historiques » qui disparaissent du paysage professionnel. Selon FranceAgriMer, entre 2011 et 2015 c'est près d'une entreprise sur cinq qui a disparu (900 horticulteurs et pépiniéristes), soit près de 15 % des surfaces exploitées et 15 % du nombre d'emplois (3 255 équivalents temps plein).

Les conclusions des États généraux de l'Alimentation ont débouché sur la mise en place de Plans de Filière pour chacune des productions. Dans le secteur du végétal, ce plan doit conduire la filière de la fleuristerie, de l'horticulture et du paysage à engager sereinement, mais rapidement, de vraies réflexions capables de restaurer les marges de la production pour assurer sa pérennité.

Le moment est venu de remettre le savoir-faire et la qualité du végétal français au cœur de nos échanges afin de redonner une dynamique au secteur productif de l'ornement. »

www.fnphp.com

 

©photo : N. & P. Mioulane / NewsJardinTV-Jardimiou

Haut de page