Evénements

UNE ÉCONOMIE BIEN CONTRADICTOIRE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

L'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) a publié le 29 avril dernier les chiffres de mars concernant les dépenses de consommation des ménages qui ont augmenté de 0,2 % (après + 0,5 % en février et + 1 % en janvier). Cette dynamique a été fortement relayée par les médias qui ont aussi relayé une croissance de 0,5 % du PIB (Produit intérieur brut) au premier trimestre. Pour autant, l'économie hexagonale n'est pas un long fleuve tranquille et tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Le baromètre Promojardin/FNMJ récemment publié affiche une inquiétante baisse d'activité du jardin de 8 % en mars, tandis qu'à l'inverse, le secteur animaux de compagnie progresse de 3 %.

De son côté le Panel Procos (Fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé) marque un recul de 1,4 % (sur un chiffre 2015 en baisse de 5,3 %).

 

Selon les chiffres Insee, sur l'ensemble du premier trimestre 2016, la consommation des ménages en biens a rebondi de + 1,7 % mais cela vient surtout des dépenses en énergie (+3,5 % après +1,1 % en février) et de l'accélération des achats d'équipement du logement, les dépenses d'électricité et de gaz repartant à la hausse, en raison de températures fraîches pour la saison. Pour sa part, le jardin s'inscrit en négatif (-1 %) sur la période, tandis que l'animal progresse de 1 %. Côté commerce spécialisé le premier trimestre 2016 se termine à + 0,2 % selon Procos, l'Insee étant plus optimiste avec ses + 2,4 % pour les achats de biens fabriqués, mais les périmètres ne sont pas identiques.

 

Pour l'Insee, en mars, la consommation de biens durables a augmenté de nouveau (+ 1,2 % après + 1,4 % en février). Les achats d'automobiles accélèrent (+ 1,3 % après +0,5 %) et les dépenses d'équipement du logement restent dynamiques (+ 1,4 % après + 4,2 %). Sur l'ensemble du trimestre, la consommation de biens durables progresse de 3,3 % (soit la plus forte hausse depuis le premier trimestre 2011). En particulier, la consommation de biens d'équipement du logement accélère (+ 5,8 %), dopée notamment par les achats de produits électroniques grand public, avant le changement de standard de diffusion télévisuelle au 1er avril 2016.

Après trois mois consécutifs de hausse, les achats des ménages en autres biens fabriqués reculent (- 0,6 %), principalement en quincaillerie-bricolage. Sur l'ensemble du trimestre, les dépenses de ce secteur accélèrent légèrement (+ 0,8 % après + 0,5 %).

 

Difficile d'y « retrouver ses petits » dans tout cela, mais il est certain que les basses températures printanières ont fortement pénalisé l'économie du jardin. Et l'on peut d'ores et déjà craindre pour les statistiques d'avril. Il semble donc capital de soutenir la communication autour du secteur afin de maintenir l'intérêt des consommateurs vers les activités jardinières, avant que le regard ne se tourne vers les vacances et autres loisirs...

 

En illustration : le mois de mars s'est montré difficile pour l'activité jardin. ©www.map-photos.com – N. & P. Mioulane

Haut de page