Evénements

Journées doullennaises des Jardins d’Agrément

Du 26/05/2018 au 27/05/2018

Doullens Citadelle de Doullens (80)

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Cette 31e édition qui s'inscrit dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, est dédiée à « Florula Obsidionalis, les végétaux en temps de guerre.  » Les botanistes utilisent l'adjectif « obsidional » pour désigner les végétaux qui ont été propagés lors des conflits armés ou des occupations militaires. Le cadre historique et pittoresque de la Citadelle, qui accueille l'une des plus importantes fêtes des plantes du Nord de la France, proposera avec la collaboration de certains pépiniéristes, botanistes, associations et historiens, une exposition sur les plantes de talus, chemins, bords de route, parfois ornementales et potagères, qui furent « importées » dans le Nord de la France durant le conflit 1914-1918.

 Plusieurs dizaines de végétaux furent introduits par les troupes allemandes, canadiennes, australiennes, russes, tels le Géranium pratense (plaine de l'Europe du Nord), Ratibida pinnata (Missouri, États-Unis) Sisyrinchium montanum (Canada), Senecio inaequidens le séneçon de Mazamet (Afrique du Sud), Chenopodium pumilio (Australie), Pilosella piloselloides subsp. bauhinii, l'Epervière de Bauhin (Europe du Centre et de l'Est), Gentiana lutea, la gentiane jaune, Eryngium giganteum, le panicaut géant (Caucase), Glyceria striata (graminée d'Amérique du Nord).

Des plantes du Sud de la France ont aussi été apportées dans la Somme par les troupes françaises tels : Trifolium alpinum, le trèfle alpin ou réglisse des montagnes, Erucastrum nasturtiifolium, la roquette à feuilles de cresson et le châtaignier de Corse. Après le conflit, les allemands ont fourni, en dommages de guerre, des greffons de pommiers pour remplacer les arbres dans les vergers ravagés et détruits.

 Les semences présentes dans le fourrage des chevaux des armées, dans les vêtements ou les bagages des soldats ou bien encore les graines transportées par les trains, ont largement contribué à l'apparition d'une flore d'origine étrangère dans le Nord de la France. Les destructions de bois, de champs, de vergers ont provoqué une extraordinaire floraison de plantes messicoles comme le coquelicot, le bleuet ou la matricaire odorante (Matricaria discoodea) apportée par les troupes américaines.

Depuis 1987, les Journées Doullennaises des Jardins d'Agrément sont un rendez-vous horticole grand public organisé par des amateurs éclairés et des collectionneurs de plantes accueillant cette année 70 pépiniéristes producteurs et collectionneurs, animés par la volonté de faire découvrir de nouvelles variétés et de diffuser des végétaux de qualité.

www.jdja.net

Haut de page