Evénements

Baromètre économique Unep-Agrica des entreprises du paysage année 2013

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

« Le secteur du paysage termine 2013 dans le vert (pâle), mais nous restons très prudents pour 2014. »

 

Paris, le 22 janvier 2013 : En conférence de presse, Catherine Muller, nouvelle présidente de l'Unep - les entreprises du paysage - et le Groupe Agrica ont présenté aujourd'hui le baromètre économique 2013 du secteur du paysage, grâce aux chiffres fournis par l'interprofession Val'hor. 2013 a été éprouvante, mais le pire a été évité : après un 1er trimestre extrêmement difficile (–3,5%), l'activité s'est peu à peu redressée en cours d'année, jusqu'à terminer dans le vert (+3 % au 4e trimestre). Au global, la croissance s'établit à +0,5 % sur l'ensemble de l'année. Les 3 marchés (particuliers, commande publique et entreprises) connaissent une nette embellie sur le dernier semestre. Pour autant, la profession reste sur ses gardes pour 2014 : la mauvaise santé de l'immobilier adresse un signal négatif au marché, et les effets du triplement de la TVA sur les services à la personne, déjà perceptibles chez 1/3 des entreprises interrogées, risquent de s'aggraver.

 

Le secteur du paysage termine 2013 sur une croissance légèrement positive (+0,5 %)

 

Après un début d'année 2013 catastrophique (–3,5% au 1er trimestre), les entreprises du paysage sont parvenues à terminer l'année dans le vert grâce à une météo particulièrement favorable à l'approche de l'hiver. L'embellie de chiffre d'affaires au dernier trimestre (+3 %) sauve ainsi le secteur de la récession, avec une croissance annuelle redevenue positive (0,5 %). C'est moins qu'en 2011 (+3 %) ou en 2012 (+2 %), mais mieux que ce que les prévisions laissaient attendre au vu du contexte économique atone.

 

Ce renouveau se constate aussi bien au niveau de la création que de l'entretien des jardins et espaces verts. Après une baisse notable pour ces deux métiers au 1er semestre 2013, le second semestre a vu le retour de la croissance : +2,5 % pour la création de jardins et espaces verts et +2 % pour l'activité « entretien ».

 

Particuliers, marchés publics et marchés privés : les indicateurs repassent au vert

 

Après un début d'année au plus bas (-2,5 % au 1er trimestre 2013), le marché des particuliers, reflet de l'ensemble de l'activité des entreprises du secteur, tire la croissance vers le haut sur les 3 derniers mois (+3 %). Signe supplémentaire d'amélioration, le taux de transformation des commandes, en baisse sur les 6 premiers mois de 2013, affiche désormais un niveau stable : près d'1 devis sur 2 a été accepté au second semestre 2013. En parallèle, le panier moyen s'est reconstitué, pour atteindre 6 000 € (contre 3 600 € fin 2012). Les consommateurs auraient-ils retrouvé leur optimisme ?

 

Le même phénomène est observé au niveau des marchés publics, qui connaissent un net regain d'activité en fin d'année (+4 % sur le dernier trimestre). S'ils affichent une croissance annuelle nulle, la récession observée au premier semestre a cédé la place à deux trimestres de hausse consécutive. Seul bémol, les budgets consacrés aux espaces verts par les collectivités restent serrés : contrairement aux particuliers, le prix moyen par opération pour les commandes publiques a tendance à baisser (– 10% au dernier trimestre 2013).

 

L'amélioration de la commande privée (hors particuliers) est moins nette : ce marché termine l'année en stagnation, avec un dernier trimestre certes positif (+1,5 %) mais en deçà des performances constatées auprès des particuliers et des collectivités. On est loin des records de croissance de 2011.

 

 

Des entrepreneurs qui continuent à investir et à embaucher

 

Pour accompagner le regain d'activité au second semestre 2013, plus d'1 entreprise sur 2 a déclaré avoir investi. Les mouvements de personnel, traditionnellement plus denses au second semestre en raison du caractère cyclique de l'activité paysagère, se sont au contraire stabilisés. Cependant la part des contrats en alternance recule (de 34 % en 2012 à 25 % fin 2013) et les CDD progressent (45 %).

 

Tout comme en 2012, la pénurie de candidats disponibles reste un sujet sensible : plus d'une entreprise sur dix n'a pas pu embaucher les salariés souhaités pour soutenir la croissance de son activité. Les besoins du secteur sont pourtant constants : sur l'année 2013, les embauches ont été supérieures aux prévisions : 51 % des entreprises sondées ont finalement embauché alors qu'elles n'étaient que 35 % à déclarer vouloir le faire un an plus tôt.

 

 

2014 : des perspectives préoccupantes

 

« Nous sortons à peine de plusieurs années de crise, de très nombreuses entreprises sont donc fragilisées. Dans un contexte économique encore peu porteur, et sur fond de chute du marché de l'immobilier, les perspectives restent assez sombres pour l'année à venir », s'inquiète Catherine Muller, présidente de l'Unep.

 

De fait, l'amélioration constatée fin 2013 pourrait être de courte durée : passé le 1er trimestre 2014 (prévision à +3 %), l'Unep prévoit une diminution du chiffre d'affaires de –2% dès le 2e trimestre 2014.

 

En écho à ces prévisions, « la baisse du prix des prestations » a fait son entrée dans le top 10 des préoccupations des entrepreneurs du paysage, qui craignent une nouvelle contraction du pouvoir d'achat des Français. Le manque de visibilité sur les carnets de commandes, les inquiétudes liées à une fiscalité fluctuante et la TVA sur les Services à la Personne, restent en tête des préoccupations des chefs d'entreprises interrogés, pour l'année à venir.

 

S'agissant des services à la personne en particulier, l'audit révèle que 27 % des clients ont remis en cause leurs contrats suite au triplement de la TVA, soit pour diminuer la prestation, soit pour se tourner vers un prestataire non déclaré. Conséquence : 9 % des entreprises de SAP envisagent de licencier en 2014.

 

* Enquête réalisée par l'institut I+C pour le compte de Val'Hor en janvier 2014 auprès de 350 paysagistes à raison de 100 entreprises de 5 salariés et moins - 150 entreprises de 6 à 19 salariés - 100 entreprises de plus de 20 salariés. Les informations obtenues ont systématiquement fait l'objet des repondérations adéquates sur la base des résultats établis par l'étude structurelle.

www.entreprisesdupaysage.org

 

Haut de page