Evénements

Communiqué de la FNPHP

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

« C'était le temps des fleurs ! On ignorait la peur, les lendemains avaient un goût de miel… » Hélas, aujourd'hui, la réalité est bien différente de cette image idyllique chantée en 1968 par Dalida !

Le temps des fleurs risque de passer bien vite et les lendemains des horticulteurs et des pépiniéristes d'avoir un goût plutôt amer. La faute à ce printemps calamiteux dont les conditions anormales s'éternisent, ce qui n'incite pas les consommateurs à se rendre dans les points de vente ni à jardiner.

 

Mars, avril, et maintenant mai 2013 seront des mois que l'histoire horticole retiendra pour leur niveau de mévente jamais atteint, alors que cette période printanière est traditionnellement très active.

 

De ce fait, les chiffres d'affaires sont en berne, les trésoreries au plus bas et ce qui est perdu a bien peu de chance d'être rattrapé car les produits horticoles ont un caractère extrêmement saisonnier.

La FNPHP, seul syndicat horticole représentatif des producteurs indépendants français reconnu par les pouvoirs publics, agit auprès du Ministère de l'Agriculture, des banques et de la MSA (Mutualité sociale agricole), pour demander la mise en place d'un plan de soutien exceptionnel permettant, notamment, de sauvegarder les emplois dans les entreprises.

 

Le secteur de l'horticulture et de la pépinière emploie en France près de 25 000 salariés, très majoritairement permanents, une caractéristique bien spécifique au sein du monde agricole. Les horticulteurs et les pépiniéristes connaissent bien le rythme des saisons et l'influence du climat, mais après avoir raté le temps des fleurs, ils redoutent celui des feuilles mortes !

 

www.fnphp.com

Haut de page