Evénements

UN NOUVEAU PRÉSIDENT POUR L’UPJ

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Mardi 17 juin, l'Assemblée Générale de l'Union des entreprises pour la Protection des Jardins et des espaces publics a élu Guillaume Roth comme nouveau président. Il succède à Christophe Juif (qui va quitter fin août Bayer jardin).

Âgé de 45 ans, Guillaume Roth a fait l'ensemble de sa carrière au sein de la filière jardin.

Il travaille depuis plus de 20 ans chez Scotts France SAS où il a occupé différentes fonctions (marketing - vente - logistique). Il a intégré en 2011 la direction générale France puis il est devenu, en 2013, vice-président et directeur général Europe de l'Ouest (France, Benelux, Europe du sud).

Guillaume Roth s'est déclaré : « touché par la confiance que lui témoignent ses confrères et prêt à défendre avec opiniâtreté l'ensemble de la profession dans un contexte socio-économique pas forcément favorable. »

Le nouveau président a par ailleurs ajouté : « Oui, il y aura toujours une place pour la chimie de synthèse dans l'entretien des jardins et des espaces de vie ». Mais pas question d'opposer bio contrôle et produits classiques, l'UPJ ne parle pas de substitution mais de complémentarité. Toutefois, le syndicat continue à déplorer la précipitation dans laquelle a été prise la loi 2014-110 (Loi Labbé). Son directeur général Jacques My affirme que la plainte déposée au plan européen, amènera à une réécriture d'un texte plus proportionné. L'UPJ affirme d'ailleurs être prête à y collaborer et entend rester un interlocuteur incontournable des pouvoirs publics, sur ce sujet, comme sur l'ensemble des métiers qu'elle représente.

Et Guillaume Roth de rappeler : « Notre union a vocation de représenter la pluralité des produits proposés par ses adhérents c'est-à-dire les phytosanitaires mais aussi les biocides, les matières fertilisantes et les supports de culture, qu'ils soient issus de la chimie de synthèse ou d'origine naturelle. »

Interrogé sur l'initiative d'un label « Zéro phyto » national, lancé par Ségolène Royal, l'UPJ répond par la voix de Jacques My qu'elle sera vigilante pour que ce label soit vraiment très strict dans son attribution et ne vienne pas apporter la confusion sur les nombreuses initiatives régionales existantes. La priorité reste un entretien des espaces publics et des jardins dans le strict respect de la santé et de l'environnement.

www.upj.fr

Haut de page