Flash Infos

12 % SEULEMENT DES VILLES D’ÎLE-DE-FRANCE NE TRAITENT PLUS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

À l'occasion de la 10e Semaine pour les alternatives aux pesticides qui s'est déroulée du 20 au 30 mars derniers, Natureparif (Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France) a publié un état des pratiques des communes franciliennes en matière d'utilisation des produits phytosanitaires sur les espaces dont elles ont la gestion directe ou indirecte : voirie, espaces verts, terrains de sports et cimetières.

Au 20 mars 2015, l'outil cartographique « zéro pesticide » dénombre que sur les 1 281 communes que compte l'Île-de-France, seules 12 % d'entre elles, soit 156, n'utilisent plus de pesticides sur les espaces qu'elles entretiennent. Ce chiffre est très faible alors que la réglementation française rend quasiment impossible l'usage des produits phytosanitaires sur la voie publique. Il montre tout simplement les difficultés d'obtenir une efficacité par la « gestion différenciée » et d'en appliquer les pratiques.

Rien que sur les cimetières et la voirie, plus de la moitié des villes franciliennes utilisent encore des produits chimiques (respectivement 76 % et 55 % des communes renseignées). Et pourtant, la réglementation actuelle (arrêtés du 12 septembre 2006 et du 27 juin 2011) interdit l'usage de la plupart de ces produits à proximité des établissements scolaires ou de santé et oblige à des mesures drastiques d'information et d'éviction du public des zones traitées.

Pour accompagner les communes vers un arrêt des pesticides, Natureparif met à leur disposition des ouvrages techniques (guide de gestion différenciée à l'usage des collectivités et guide de conception et de gestion écologique des cimetières). L'animation du label EcoJardin par l'agence va également dans ce sens, en valorisant les gestionnaires appliquant une gestion écologique de leurs espaces.

www.naturparif.fr

Haut de page