Flash Infos

85 % DES FRANÇAIS ACCROS AU BARBECUE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

C'est le chiffre très important (10 points de plus qu'en 2014) qui ressort d'une étude OpinionWay/Campingaz réalisée en février dernier sur un échantillon de 1 005 personnes et qui vient d'être publiée. L'échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle, d'agglomération et de région de résidence. Pour cette taille d'échantillon, la marge d'incertitude est de 2 à 3 points.

61 % des Français interrogés estiment qu'il est plus facile de faire des rencontres lors d'un barbecue qu'à l'occasion d'un repas classique. C'est l'avènement d'une sociologie de plein air qui s'oppose des repas réputés plus formels. Lors d'un repas à l'extérieur on se sent davantage désinhibé, moins dans sa bulle ; il est plus facile de se tourner vers l'autre qui devient plus ouvert, plus réceptif.

Le barbecue constitue un moyen un peu « Lifestyle » de nouer un contact plus direct. Les invités sont moins « formatés », pas forcément définis à l'avance. Il peut s'agir de simples visiteurs passagers, dans un esprit table d'hôte ou open space. C'est ce qui fait dire à 86 % des Français que les conversations sont plus animées et plus ouvertes autour d'un barbecue qu'au cours d'un repas classique.

Le barbecue réhabilite la « vraie » conversation lors du repas, car il nous focalise moins sur le côté purement alimentaire. La cuisine d'extérieur devient un élément du décor, un alibi illustratif, l'important étant d'être ensemble et de partager.

La nouveauté qui émerge de l'étude OpinionWay/Campingaz, c'est que près d'un Français sur deux (46 %) considère que la cuisine au barbecue peut être gastronomique. Donnant encore récemment l'image d'un refus de complexité alimentaire, les plats réalisés au barbecue sont désormais valorisés et prennent une connotation « premium ». Il semble que l'effet « Top Chef » touche désormais le barbecue. Résultat, il adopte de nouveaux codes festifs et haut de gamme, au-delà de la dimension populaire (au bon sens du terme) qu'évoquait jusqu'alors la cuisine en plein air. 63 % des Français estiment que le barbecue n'est pas seulement réservé à la grillade et lui confèrent une dimension interculturelle pour y cuisiner des spécialités d'Espagne (56 %), US (43 %) ou sud-américaines (38 %). Reste que pour 75 % des Français, le barbecue demeure quelque chose « d'authentiquement français ».

La cuisson au barbecue reste un apanage masculin à 91 % qui la considèrent comme une activité valorisante.

 

Pour voir les résultats détaillés de l'étude, cliquez sur le lien :

 

Haut de page