Flash Infos

ENQUÊTE SUR LE DEUIL D’UN ANIMAL

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Wamiz, le groupe media qui fournit des conseils, des informations et des services dans le secteur des animaux de compagnie, s'est intéressé au comportement des Européens en matière de décès des animaux de compagnie. Le groupe livre ici les résultats d'une enquête réalisée avec la participation des Pompes funèbres animalières Esthima (anciennement Incinéris). L'enquête, la plus importante réalisée en Europe sur le sujet, a été diligentée du 2 au 11 octobre 2019, auprès de 9 750 internautes Wamiz sur la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Grande-Bretagne et la Pologne.
Pour 88% des Français propriétaires de chats et/ou de chiens, la disparition est ressentie comme étant aussi douloureuse que celle d'un humain. Et tous les pays s'accordent sur ce point ! Ils accompagnent leur animal jusqu'au bout comme un membre de la famille, partagent leur peine au travers d'hommages et gardent des souvenirs tels que des touffes de poils.
90 % des propriétaires français ont gardé un souvenir de leur animal : pour 95 % d'entre eux c'est une photo, 53% ont conservé des jouets ou des accessoires, 21 % des ont recueilli des touffes de poils et 5 % une empreinte de patte.
Dans les autres pays européens on aime aussi garder un souvenir. Essentiellement des photos et des jouets ou des accessoires. Mais de nombreux propriétaires gardent également des touffes de poils : 30 % des Anglais, 20 % des Allemands, 15 % des Italiens et des Espagnols et 12 % des Polonais.

76 % des personnes confrontées au décès d'un animal en ont repris un autre après. Parmi les 24 % restant, la moitié l'explique par une douleur affective trop forte pour adopter un nouvel animal.
La moitié des propriétaires ont attendu moins de 6 mois pour accueillir à nouveau un animal. 1/3 ont même effectué la démarche dans le mois suivant le décès !

Côté choix des funérailles, la crémation est privilégiée par les 2/3 des propriétaires français ayant répondu à l'enquête. La répartition entre crémation collective et crémation individuelle est équilibrée. Pour les 35% qui choisissent l'inhumation de leur petit compagnon, la raison principale est bien évidemment affective.
La France et la Grande Bretagne choisissent majoritairement la crémation. En revanche, en Pologne, Allemagne, Italie et Espagne, l'inhumation est majoritaire. En Pologne 72 % des propriétaires enterrent leur animal dans leur jardin, en forêt ou ailleurs ! En Italie et en Espagne, 63% choisissent ce procédé.

Parmi les souhaits éventuels des propriétaires, l'enquête a exploré jusqu'où le deuil de l'animal mène son propriétaire... Près de 60 % des personnes répondantes souhaitent la création de jours de congés en entreprise suite au décès d'un animal, tandis que 30% considèrent que ce n'est pas nécessaire.

90% des participants du sondage ont répondu qu'ils n'aimeraient pas pouvoir cloner leur animal, même s'ils en avaient tous les moyens. 72 % considèrent même cette pratique contre nature. Cependant 10 % affirment être intéressés. Les Polonais et les Italiens sont majoritairement choqués par cette idée, tandis que la moitié au moins des Espagnols, des Anglais et des Allemands l'acceptent volontiers. 30 % aimeraient même cloner leur animal s'ils en avaient la possibilité.
www.wamiz.com
Pour voir les éléments détaillés de l'enquête, cliquez ici :

enquete-wamiz-deuil-et-anima-2019

 

Haut de page