Flash Infos

TENDANCE CROISSANTE À L’OBÉSITÉ CHEZ LES CHIENS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Purina entreprise du Groupe Nestlé depuis 2001 (marques Felix, Friskies, Gourmet, Proplan et Purina One) a réalisé une étude qui met en évidence l'incapacité des possesseurs de chiens à déterminer le poids de forme de leur animal. Un constat qui explique l'augmentation du taux d'obésité chez nos compagnons à quatre pattes. Cette étude (Understanding obesity among companion dogs: New measures of owner's beliefs and behaviour and associations with body condition scores. Preventive Veterinary Medicine, 180, https://doi.org/10.1016/j.prevetmed.2020.105029) réalisée par l'entreprise en collaboration avec des spécialistes de cinq universités en Australie et au Royaume-Uni, s'est intéressée aux liens entre les croyances et les comportements des possesseurs de chiens et l'obésité de ces derniers. Cet éclairage pourrait contribuer au développement de nouvelles solutions visant à prévenir l'obésité des animaux de compagnie. 

Cette étude menée sur 3 399 chiens dans cinq pays (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni et Russie) montre que 33 % des possesseurs estiment que leur chien a un poids idéal, alors qu'en réalité il est en surpoids ou obèse. Seulement la moitié des possesseurs de chiens (51%) est capable de dire si le poids de leur animal correspond à son poids de forme. Selon cette étude, la mise à disposition d'outils d'évaluation à domicile et la sensibilisation des possesseurs à l'importance de la gestion du poids de leur animal pourraient s'avérer déterminantes dans la prévention de l'obésité animale et la réduction de sa prévalence.

Le problème de l'obésité des animaux de compagnie a pris de l'ampleur ces dernières années. Chez les chiens, le taux d'obésité et les classifications en surpoids ont augmenté de 2 % en à peine 3 ans, entre 2015 et 2018 (https://petobesityprevention.org/2015

https://petobesityprevention.org/2018). Le risque s'accentue en période de confinement, car le bouleversement des habitudes quotidiennes perturbe le comportement alimentaire et l'activité physique des animaux. Dans les pays occidentaux, l'obésité animale progresse au même rythme que l'obésité humaine. Elle a atteint 51 % chez les chiens et 44 % chez les chats en 2018 (source Pet Food Manufacturers Association).

Selon Hugues du Plessis, responsable Prévention de l'obésité des animaux de compagnie chez Purina : « Réduire le risque d'obésité des animaux de compagnie est une priorité. Nous travaillons avec nos partenaires sur de nouvelles études pour analyser les difficultés rencontrées par les possesseurs et tenter de leur apporter des solutions. Mieux vaut prévenir que guérir, c'est essentiel pour inverser la tendance. Nous nous engageons donc à soutenir les possesseurs afin qu'ils adoptent des comportements sains dès le départ, et à collaborer étroitement avec les vétérinaires et autres spécialistes. »

Il est aussi difficile pour un animal que pour un être humain de modifier son alimentation et ses habitudes quotidiennes. Au-delà de la nutrition, Purina collabore avec des scientifiques pour tenter de comprendre comment les sciences comportementales peuvent constituer une aide pour les possesseurs, de l'identification d'un problème à la prise de mesures concrètes.

Une précédente étude de référence réalisée par Purina avait souligné qu'il était important de prodiguer des conseils dès le plus jeune âge de l'animal (Effects of diet restriction on life span and age-related changes in dogs. Journal of the American Veterinary Medical Association, 220(9), 1315–1320. doi:10.2460/javma.2002.220.1315). Il en ressortait entre autres que l'espérance de vie des chiens ayant toujours eu un poids corporel idéal augmentait de 1,8 an.

Selon Thomas Webb, professeur de psychologie à la University of Sheffield : « La psychologie nous offre de précieux outils pour mieux appréhender le lien entre les croyances et comportements des possesseurs et l'obésité de leur chien. Les possesseurs dont les chiens présentent une bonne santé pondérale sont plus susceptibles d'être motivés par leur cercle social à promener/sortir leur chien et de penser que posséder un chien peut avoir un coût. Ces conclusions, qui pointent les origines profondes du problème, vont nous aider à envisager des solutions ciblées sur la prévention et le traitement. »

 

Introduite pour la première fois par Purina il y a plus de 20 ans et couramment utilisée, la note d'état corporel (NEC) (https://www.purina.co.uk/cats/health-and-nutrition/exercise-and-weight-management/purina-body-condition-tool) figure parmi les outils qui permettent aux possesseurs de savoir si leur animal de compagnie est en surpoids. Équivalant à l'indice de masse corporelle (IMC) chez les humains, elle permet aux possesseurs et aux vétérinaires de reconnaître les premiers signes d'obésité chez l'animal de compagnie et aide à opérer la transition comportementale nécessaire pour préserver la santé de ce dernier. La NEC ne requiert pas d'outils spécialisés et peut être établie facilement par les possesseurs par simple examen visuel et palpation de leur animal.

Plus d'infos sur www.purina.fr

Haut de page