Flash Infos

DE LA TOITURE VÉGÉTALISÉE AU BIOSOLAR ROOF

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

" Les toitures végétalisées sont en pleine mutation" affirme Brigitte Bonello, fondatrice de la société Init Environnement, spécialisée dans la recherche et la formation pour la transition écologique de l'habitat.

La loi du 17 mars 2015 sur la biodiversité oblige les centres commerciaux à installer des toitures végétalisées ou à produire de l'énergie sur leur toit. Ces derniers sont aujourd'hui considérés comme une richesse pour la sauvegarde de la biodiversité. Ils sont devenus des lieux de vie, une extension du quotidien, où l'on cultive, se repose, joue, récolte…

 

Des grandes villes comme Paris, Londres ou Zurich, etc. intègrent ou encouragent la végétalisation des toitures dans leurs projets d'urbanisme et d'architecture. Les villes peuvent ainsi compenser une surface perdue au sol et restaurer les fonctionnalités écologiques dégradées par l'urbanisation. Les toitures végétalisées contribuent en effet à rafraîchir l'air en été, à piéger les particules fines et à retenir l'écoulement d'eau lors des fortes pluies.

 

En raison des problèmes liés aux assurances qui divisaient les professionnels, les toitures végétalisées étaient jusqu'à présent limitées, dans leur forme au type dit « extensif ». On n'y installait qu'un seul type de plantes : les Sedum (orpins). Cela engendre des espaces à l'aspect de tapis uniforme, souvent rougeâtre, dont la valeur esthétique est assez contestable. De plus, malgré sa résistance et son pouvoir couvrant, ce type de végétation monogénérique participe peu au développement de la biodiversité et à ses bienfaits. Les tapis de Sedum sont généralement trop peu diversifiés et le substrat trop fin pour favoriser la biodiversité.

Les toitures végétalisées bénéficient aujourd'hui de nouvelles conceptions cherchant à imiter la nature pour tendre vers un équilibre naturel et la formation d'un écosystème. En utilisant un substrat plus épais, en diversifiant les espèces végétales, en créant des reliefs et des abris pour accueillir des petites espèces de la faune sauvage, les toitures végétalisées deviennent des zones favorables à la biodiversité.

 

Cette nouvelle conception se définit par :

 

         • Une diversité d'espèces de plantes d'origine indigène (fleurs sauvages, semences mellifères), mieux adaptées au climat régional et donc plus résistantes aux conditions extrêmes que la monoculture.

         • Le retour possible d'une faune utile : invertébrés, abeilles, papillons et autres pollinisateurs.

Cette nouvelle conception de toiture végétalisée présente l'avantage d'améliorer l'inertie thermique et hydrique de la toiture.

 

En réunissant le végétal et les technologies vertes, le projet « BioSolarRoof » rassemble les professionnels de la végétalisation et les producteurs d'énergie. La mise en place de panneaux photovoltaïques crée des zones ombragées et des taux d'humidité différents, favorables à la diversité végétale et à la faune. La végétalisation optimise la production d'énergie solaire car l'évapotranspiration des plantes permet de refroidir les panneaux photovoltaïques et d'augmenter leur efficacité durant la saison chaude, au printemps et en été.

 

http://www.init-environnement.com/

Haut de page