Flash Infos

DES MINI-JARDINS ABSORBEURS D’EAU

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Les rues de New York expérimentent un nouveau type de mini-jardins absorbants : les « bioswales ». Ces aménagements se caractérisent par un système de couches drainantes installées sur 1,50 m de profondeur capables d'évacuer jusqu'à 2 000 l d'eau à chaque pluie. Selon leurs initiateurs, les « bioswales » pourraient faire économiser plusieurs milliards de dollars de la ville.

 

Aujourd'hui, New York, tout comme beaucoup d'autres villes, dispose d'infrastructures d'évacuation des eaux pluviales, construites à la fin du xixe siècle. Des drains collectent l'eau de ruissellement dans les rues de la ville et l'évacuent par les canalisations des égouts vers une usine de traitement des eaux usées. Mais, en cas de très forte pluie, les collecteurs ne suffisent pas pour absorber toute l'eau et des eaux usées non traitées finissent par investir les cours d'eau locaux, comme le canal ultra-pollué Gowanus et Newtown Creek.

 

Les élus de la ville avaient d'abord pensé résoudre le problème par un nouveau système de tuyaux et de béton. Mais il s'avère que la multiplication d'espaces verts coûtera beaucoup moins cher, avec des économies qui se chiffrent en milliards de dollars, parce que les plantations éviteront la construction d'un énorme réseau souterrain en dur.

 

Les bioswales présentent des avantages supplémentaires car les mini-jardins vont contribuer à a climatiser la ville en réduisant l'effet d'îlots de chaleur que constituent les hectares de trottoirs de la ville. Par ailleurs, les arbres et les plantes contribuent à la dépollution de l'air. Dans certains quartiers, ils peuvent également accroître la valeur foncière des propriétés par l'amélioration évidente du cadre de vie qu'assure la végétalisation urbaine.

 

Dans les prochaines années, la ville prévoit de planter des milliers de « bioswales » et de les compléter avec des toitures végétales qui constituent elles aussi des « pompes à eau » naturelles très efficaces. Les infrastructures vertes favorisent le mouvement naturel de l'eau par la collecte et la gestion des eaux de ruissellement des rues, des trottoirs, des stationnements et des toits. Les « bioswales » constituent des systèmes techniques associant divers types de substrats, des pierres et de la végétation.

 

L'eau reçue par les trottoirs est déviée dans les plates-bandes, où elle est absorbée par la structure spongieuse du sol ou utilisée par les plantes. Tout débordement pénètre dans l'égout ce qui évite tout risque d'inondation. Actuellement plus de 2 500 mini-jardins urbains ont été installés à New York. Ils représentent un potentiel de captation de 400 000 m3 d'eau par année, sachant qu'un massif de 300 m2 peut gérer les eaux de ruissellement d'une zone de 900 à 3 000 m2.

 

La seule contrainte vient de dédier la maintenance à un personnel qualifié de manière à ce que les mini-jardins absorbants fonctionnent de manière optimale et durent plus longtemps. Aujourd'hui, l'infrastructure verte en ville n'est plus considérée uniquement sur le plan esthétique ou amélioration du cadre de vie. Cela devient une méthode à considérer pour la gestion rentable de grands volumes de ruissellement.

Haut de page