Flash Infos

503 ANIMALERIES EN FRANCE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Nielsen Trade Dimensions a publié le 16 octobre les éléments d'une étude concernant les animaleries. Il en ressort que la France compte désormais 503 points de ventes, ce circuit devenant un solide concurrent pour la grande distribution généraliste. En effet, 41 % des points de vente généralistes (hypermarchés, supermarchés, magasins de proximité), qui vendent des aliments pour animaux, sont exposés à une animalerie à moins de 15 minutes en voiture. « Un chiffre qui s'élève même à 58 % en milieu urbain, et respectivement à 69 % et 72 % pour les hypermarchés Auchan et Carrefour » précise Rémi Adam, expert géomarketing chez Nielsen..
La surface moyenne d'une animalerie est de 563 m2 et 88 %?de magasins sont implantés en zone urbaine. 37 nouvelles unités de vente d'aliments et d'accessoires pour animaux ont vu le jour depuis le 1er janvier. Pour Laurent Jamin, expert distribution chez Nielsen : « les animaleries s'imposent comme un circuit majeur sur le marché du petfood, aux côtés du e-commerce. Si l'essentiel des magasins est présent en zone urbaine, le dynamisme est visible de façon transversale, avec en parallèle d'autres circuits (bricolage, équipement de la maison...) qui développent aussi leur offre sur ce marché. »
Maxi Zoo est la première enseigne en terme de points de vente avec 184 unités devant JMT?(81), Médor et Cie (45), Animalis (40), Tom & Co (33), Kokoon (22), Animalerie E.?Leclerc (18), La Croquetterie (16), Animal factory (14), Cap animal (11), Terranimo (11), etc.
L'ensemble des magasins urbains hors Paris représentent 68 % des ventes d'aliments pour animaux, soit un CA d'environ 1,2 milliard d'euros par an. Parmi ces magasins, ceux exposés à la concurrence d'une animalerie réalisent un chiffre d'affaires 4 % moins élevé que les autres sur le petfood, soit un manque à gagner pour la distribution généraliste de 27 millions d'euros sur cet univers de produits. La concurrence est particulièrement élevée sur certains segments de marché, notamment les aliments pour grands chiens et ceux pour les rongeurs, poissons, oiseaux… En revanche, elle reste plus timide sur les aliments pour chats ou petits chiens.
Les magasins ruraux surperforment sur la catégorie : 31 % des ventes d'aliments pour animaux y sont réalisés alors qu'ils ne pèsent que 24 % toutes catégories confondues. Seulement 10 % de ces magasins sont concurrencés par une animalerie. La distinction est encore plus marquée lorsqu'on s'intéresse aux différentes espèces animales et tailles de chiens. Ainsi, 66 % du chiffre d'affaires des aliments pour grands chiens est réalisé dans des magasins ruraux (un poids deux fois plus important que la normale).
La zone géographique tient une place capitale dans l'analyse des performances. Côté grande distribution, les magasins situés dans des zones à revenus modestes affichent des performances supérieures sur les aliments reptiles et oiseaux, tandis que les zones aisées sont favorables aux nourritures pour les petits mammifères et les poissons.
www.nielsen.com

Haut de page