Flash Infos

ÉLARGISSEMENT DES AUTORISATIONS D’ACTIVITÉS POUR LES JARDINERIES

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le 1er avril dernier, Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Économie e des Finances, a annoncé au Sénat lors d'un arbitrage les plants potagers étaient considérés comme des produits de première nécessité et que la vente en était autorisée, notamment par les jardineries dont les rayons animaux de compagnie ou alimentation étaient restés actifs.
Le 5 avril, les services de Bercy et du ministère de l'Intérieur ont apporté les précisions suivantes :
Seules les jardineries disposant d'une activité secondaire « alimentation animale/animalerie », soit la vente d'aliments et de produits de soins pour animaux, sont ouvertes et autorisées à commercialiser l'ensemble de leurs produits (y compris donc les semences et plants, avec en priorité l'activité de vente de semis et de plants potagers.
Par ailleurs, la récolte de fruits et de légumes dans un jardin peut s'inscrire dans l'acquisition à titre gratuit de produits de première nécessité. Si le jardin n'est pas attenant au domicile, il est possible de s'y rendre en cochant, sur l'attestation de déplacement dérogatoire, la case : « déplacements pour effectuer des achats de première nécessité ».

Dans un communiqué en date du 6 avril, le préfet de Meurthe-et-Moselle a précisé les consignes suivantes :
« Concernant l'horticulture, la vente de plantes potagères, à visée strictement alimentaire, est autorisée en respectant les mesures suivantes :
• Limitation du nombre de clients (un par un)
• Pas de vente sous serre (le virus étant plus résistant en milieu humide)
• Strict respect des gestes barrières
L'accès aux jardins familiaux est également autorisé, sans limitation de kilométrage, mais uniquement pour des travaux ponctuels de semis et/ou de ramassage de légumes, c'est-à-dire pour un motif alimentaire ».


©photo : N. & P. Mioulane / NewsJardinTV – Jardimiou

Haut de page