Flash Infos

LA TENDANCE, C’EST LE E-COMMERCE !

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Selon Kantar, la première société d'études et de conseil au monde, le marché mondial du retail devrait croître de 4,8 % en 2020 pour atteindre 6 700 milliards de dollars. Le service Retail IQ de Kantar, qui suit, analyse et prévoit les performances de 1 500 des plus grands distributeurs du monde, estime que les ventes mondiales online augmenteront de 15,7 % en 2020 pour atteindre 861 milliards de dollars (et devraient passer le cap des 1 000 milliards de dollars en 2021). Elles représenteront cette année 13,4 % des ventes au détail, contre 12,1 % en 2019 et seulement 6,8 % en 2015.

En 2020, l'Amérique du Nord devrait connaître une croissance de 3,9 % pour atteindre 2 900 milliards de dollars, les ventes en ligne représentant 14 % du total des ventes, l'Europe progressant de manière quasi similaire (3,8 %) pour atteindre 2 100 milliards de dollars, mais avec seulement 8 % de ventes en ligne. La région APAC (Asie-Pacifique) devrait connaître une croissance de 8,6 % pour atteindre 1 400 milliards de dollars, avec 19 % des ventes en ligne soit, la plus forte proportion au monde.

Au cours des cinq prochaines années Kantar prévoit que le marché mondial de la vente au détail progressera de 5 % par an, pour atteindre 8 600 milliards de dollars en 2025. Les ventes online augmenteront quatre fois plus vite que les ventes offline d'ici 2025. Ces dernières devraient progresser de 3,5 % par an pour atteindre près de 7 000 milliards de dollars, tandis que les ventes online devraient croître de 13 % par an pour atteindre 1 630 milliards de dollars, soit 18,9 % du retail d'ici 2025.

En 2025, Kantar prévoit que Walmart conservera sa place de premier distributeur mondial et Amazon prendre la seconde place, tout en réduisant considérablement son écart. Le site chinois JD.com devrait rester le retailer à la croissance la plus rapide au monde, ce qui le portera au troisième rang mondial d'ici 2025. L'Allemand Aldi devrait passer du 9e au 6e rang mondial d'ici à 2025. Kantar prévoit que la plupart des grands distributeurs internationaux augmenteront sensiblement le pourcentage des ventes générées par l'activité en ligne. Pour Walmart les ventes online devraient représenter 10 % de l'ensemble des revenus. Kroger et Home Depot sont deux autres distributeurs pour lesquels Kantar prévoit que les revenus en ligne dépasseront 10 % du total de leurs ventes.

Derrière ces chiffres, Kantar a identifié sept macro-tendances qui devraient remodeler le paysage du commerce d'ici 5 ans. Pour croître, les distributeurs devront rester pertinents en cherchant constamment des moyens de redéfinir le commerce et en créant des expériences sans heurts entre les différents canaux. Ils devront également établir des liens plus forts avec les consommateurs, grâce à une utilisation efficace d'insights (perceptions de besoins non résolus) fondés sur la data. Les consommateurs accordant une plus grande importance au développement durable, les marques devront démontrer qu'elles sont, de manière authentique, en phase avec ces valeurs nouvelles.

1. L'Asie source d'inspiration
Avec des business modèles basés sur la data qui privilégient le mobile, l'Asie inspire les distributeurs du monde entier et les incite à lancer de nouvelles initiatives online et offline, avec de plus en plus de fusion entre les deux canaux. Le potentiel de croissance ne se limite pas à la Chine, des marchés comme l'Inde et l'Indonésie offrent de nouvelles opportunités, grâce à l'extension de géants tels qu'Alibaba (Chine), et de nouveaux acteurs innovants comme Flipkart (Inde) ainsi que des entreprises spécialisées dans les livraisons express comme Grab (Singapour).

2. Un marché mondial grâce à des pratiques commerciales unifiées
Le commerce transfrontalier devient un sujet important pour les régulateurs de marché, l'année 2020 apportant des pratiques plus unifiées, en particulier pour le commerce électronique. Alors qu'Alibaba et Amazon apportent une simplification, le commerce international va perturber la politique de fixation des prix, la gestion des stocks et créer des zones d'ombre dans les cadres législatifs.

3. Les marges doivent rester prioritaires
L'équilibre entre croissance et rentabilité exige une évolution du modèle économique du retail. Les distributeurs établis sont soumis à une pression croissante pour adopter de nouveaux modèles financiers afin de disposer de plus de ressources et de pertinence, ce qui exige une évolution structurelle du commerce. La marge reste une priorité, mais elle doit être atteinte par l'innovation, la différenciation et de nouveaux partenariats.

4. Une visibilité tous azimuts
Pour se démarquer, il faut de nouvelles mentalités et de nouvelles compétences. La prolifération des points de contact, des moments de création et l'évolution de l'économie du retail font qu'il est plus difficile pour les marques d'assurer leur visibilité et de se présenter de manière cohérente là où le consommateur s'attend à les trouver. Les magasins évolueront pour refléter le désir de simplification et d'engagement des clients.

5. L'accessibilité : être présent partout
Il faut exploiter le fait d'être présent partout et en faire une opportunité de vente et de marketing. Le commerce cherche à inspirer la loyauté en créant des solutions et en construisant des écosystèmes en phase avec les nouveaux modes de vie des consommateurs. Au fur et à mesure de leur évolution, il est nécessaire de créer des connexions online/offline transparentes pour le consommateur. Elles doivent leur permettre de prendre de meilleures décisions d'achat, d'augmenter la vitesse et d'automatiser les actions.

6. Donner du sens et de la valeur
Il est devenu indispensable de résonner de manière authentique avec les valeurs des consommateurs. Le commerce n'est plus seulement une affaire de business, il doit également avoir un objectif. Les clients, notamment les centennials (nés entre 1995 et 2011), poussent au changement des valeurs de la société car ils considèrent l'engagement d'une marque comme primordial. Cette demande des consommateurs et une exigence des investisseurs influencent les relations avec les fournisseurs, la communication avec les acheteurs et l'exécution des transactions.

7. La pertinence pour une bonne connexion
Il devient nécessaire d'adopter les algorithmes (les méthodes) qui permettent de se connecter aux consommateurs. Le commerce algorithmique va infuser des activités à chaque canal, créant une connexion constante avec les acheteurs. Pour les marques, il s'agit d'une excellente occasion de tirer parti des plateformes des distributeurs pour activer de nouveaux moments d'achat, tant physiques que numériques.
https://fr.kantar.com

 

Haut de page