Flash Infos

LE BLACK FRIDAY ET LES AMBIVALENCES DE LA CONSOMMATION

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le Black Friday, arrivé en France en 2013, s'ancre lentement mais sûrement dans les habitudes de consommation des Français. Désormais connue de tous ou presque, cette démarche commerciale importée des États-Unis est de plus en plus attendue par les consommateurs français. Créé en 2011, l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation) analyse les mutations économiques, sociétales et technologiques en cours. Il vient de publier une étude sur le phénomène Black Friday.
Les résultats font apparaître que, cette année, plus d'un Français sur deux (57 %) annonce qu'il profitera de ce jour de soldes, dont 13 % (soit plus de 5,5 millions de personnes) qui limitent actuellement leurs achats et les réservent pour l'occasion.
En revanche, il n'est pas certain que l'événement serve véritablement les commerçants, dans la mesure où ce sont très fréquemment les achats de Noël qui sont réalisés à cette occasion. Adoptant un comportement très tactique par rapport aux marques, 77 % des consommateurs qui envisagent de participer au Black Friday prévoient cette année d'en profiter pour acheter leurs cadeaux de fin d'année… Ces achats auraient probablement été réalisés avec ou sans l'incitation du Black Friday !
À noter que toutes les catégories de la population se retrouvent parmi ceux qui envisagent de profiter de l'opportunité d'acheter à moindre coût, avec toutefois une surreprésentation des parents, des moins de 25 ans et des personnes issues de milieux sociaux relativement aisés. À la question : « avez-vous l'intention de réaliser des achats pendant le Black Friday ? »? 44 % répondent « oui, probablement », 13 %?se réservent spécifiquement pour cet événement; 34 % répondent « non pas spécialement ».
À l'opposé, 7 % s'affirment « contre le principe du Black Friday » et 2 %? « ignorent ce qu'est cet événement ». Globalement, le Black Friday est perçu en France comme : un évènement commercial associé à la surconsommation, mais malgré tout apprécié par plus des deux tiers des consommateurs. Si le démarrage a été difficile lors des trois premières années, le Black Friday semble désormais entrer clairement dans les mœurs de nos compatriotes. Pour autant, le regard des Français à son égard est très ambivalent, ce qui incite à s'interroger sur les effets à moyen et long terme de cette opération sur les marques, la consommation et les représentations qui y sont associées.
Deux Français sur trois (66 %) considèrent que le Black Friday permet de faire des bonnes affaires. Et 71 % estiment que c'est une occasion de se faire plaisir pour moins cher. 77 % associent le Black Friday à une « opération contribuant à la surconsommation » et 57 % considèrent la démarche comme une incitation à acheter des produits dont ils n'ont pas vraiment besoin. Par ailleurs, une certaine défiance s'exprime car près de la moitié des personnes interrogées (48 %) estiment que les promotions affichées durant l'événement ne sont pas toujours de vraies bonnes affaires (soit que le prix barré ait été artificiellement gonflé quelque temps à l'avance, soit qu'il est faux).
Au final, les attitudes des Français à l'égard du Black Friday offrent donc une bonne illustration des tensions qui agitent la société d'hyperconsommation, entre l'intensification des incitations à consommer et la montée d'une forme de rejet exprimée notamment par le « Green Friday »..
www.lobsoco.com
Pour voir l'élude complète, cliquez ici :

LObSoCo-I-Etude-Black-Friday-2019
Haut de page