Flash Infos

10 MILLIARDS POUR LE BIO

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Selon le baromètre récemment publié par l'Agence Bio (Agence Française pour le Développement et la Promotion de l'Agriculture Biologique), le marché français du bio en 2018 a frôlé les 10 milliards d'euros, en hausse de 15,4 %. Aujourd'hui, la grande distribution génère près de 50 % des ventes du bio.
L'étude qui a porté sur un échantillon de 2 000 personnes, montre que les Français savent identifier un produit bio, connaissent les grandes lignes et les principes de cette agriculture. Toutefois, ils émettent des doutes (justifiés) quant à sa valeur nutritionnelle supérieure. La confiance à l'égard des informations fournies sur les produits est mitigée et leur niveau d'exigence en matière d'information augmente. Ils veulent plus de transparence sur la réglementation et le contrôle des produits.
97% des Français connaissent le logo AB. Un score qui reste stable depuis quelques années. Il en est de même, pour le logo européen, qui après trois années de progression significative, se stabilise à 59 %. Les consommateurs de produits biologiques sont plus nombreux que l'ensemble de la population à penser que le logo AB identifie des produits de qualité supérieure à celle du logo européen (34 % vs 30 % pour l'ensemble).
Le baromètre de perception et de consommation des produits alimentaires biologiques cartographie sept typologies de Français en fonction de leurs manières d'appréhender les produits alimentaires biologiques :
• Les jeunes citadins peu attachés : (11 %) surtout représentés par les cibles les plus jeunes qui n'ont pas le réflexe de consommer bio.
• Les célibataires économes : (15 %) ni consommateurs ni acheteurs, ils contrôlent avant tout leur budget.
• Les convaincus de la première heure (14 %) surtout les 50 ans et plus, avec des traditions familiales, bien ancrées.
• Les jeunes familles converties (14 %) qui ont des jeunes enfants au foyer et portent une attention particulière sur le budget. Ce sont des consommateurs récemment convertis au bio.
• Les peu confiants (13%) comptent une majorité de non consommateurs.
• Les exigeants connectés (14%) plutôt épicuriens, ils apprécient la cuisine et les valeurs traditionnelles culinaires.
• Les Bio citoyens ambassadeurs (19%) bien représentés par les plus âgés, qui sont convaincus depuis des années, mais qui peuvent avoir des difficultés à trouver l'offre correspondant à leurs besoins.

2018 a enregistré une forte progression de la part des nouveaux consommateurs réguliers, c'est-à-dire des personnes qui consomment au moins une fois par mois des produits alimentaires biologiques depuis moins d'un an : + 17 % vs 9 % en 2017. Ces « nouveaux » consommateurs sont surreprésentés par les jeunes de 18-24 ans à 27 %, les catégories socio-professionnelles les moins aisées (20 % auprès des CSP- et 19 % auprès des inactifs), ainsi que les femmes (19 %).

Haut de page