Flash Infos

IMPACT DU COVID-19 SUR LES CONSOMMATEURS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le 28 avril a été publiée une enquête les comportements d'achat, menée entre le 15 et le 20 avril 2020 par la plateforme communautaire Dealabs auprès de 4 000 consommateurs français, avec l'aide du service d'études de marché Survey Monkey. Cette enquête ne concerne pas les secteurs du jardin, de la maison ou des animaux de compagnie, mais elle éclaire sur le comportement des Français pendant la crise épidémique.

 

Depuis le 17 mars, les Français ont dépensé en moyenne 400,25 € en produits alimentaires et 51,86 € en produits d'hygiène. Un consommateur sur trois a acheté un article high-tech d'une valeur de 266,15 € et 39,2 % ont acheté un produit de divertissement d'une valeur de 83,17 €. Les principales conclusions de l'enquête Dealabs montrent que la consommation, contrairement à la vie publique, n'est pas restée au point mort. De plus, à l'encontre de ce que l'on aurait pu penser, dans certaines catégories de produits, les comportements d'achat ont peu évolué.

 

Les produits alimentaires

400,25 € est le panier moyen pour les dépenses alimentaires des 4 000 consommateurs français interrogés par Dealabs au cours des quatre premières semaines de confinement. Les enseignes de distribution alimentaire ont ainsi pu bénéficier d'une augmentation significative de leurs ventes. 65,83 % des consommateurs ayant augmenté leurs achats, et un sur six (16,58 %) déclarant même avoir dépensé « beaucoup plus qu'avant ».

Les dépenses sont  plus élevées chez les femmes (413,66 €) que chez les hommes (399,12 €). 70,57 % des femmes ont plus dépensé depuis le début de la crise, contre 65,26 % des hommes. Une femme sur cinq (21,52 %) déclare même avoir dépensé « beaucoup plus qu'avant ». Chez les hommes, cette part est plus faible, ils sont 15,51 % à avoir réalisé « beaucoup plus » de dépenses alimentaires qu'avant.

 

Confinement oblige, les Français se sont moins rendus dans les supermarchés durant les quatre premières semaines. Parmi les répondants, une personne sur deux (52,76 %) déclare faire moins souvent ses courses qu'avant, et une personne sur sept (14,48 %) déclare même avoir « beaucoup moins » réalisé d'achats alimentaires. À l'inverse, seulement 23,86 % des personnes interrogées déclarent faire plus de courses qu'avant.

 

Les femmes sont plus réticentes à acheter : 61,86 % de celles interrogées par Dealabs font moins de courses qu'avant, dont 17,72 % déclarent même le faire « beaucoup moins souvent qu'avant ». Parmi les hommes, un répondant sur deux (51 %) réalise moins d'achats alimentaires, dont 13,9 % « beaucoup moins souvent qu'avant ».

 

Concernant les lieux d'achat, peu de changements sont observés : 56,01 % des femmes interrogées par Dealabs et 63,95 % des hommes ont continué à s'approvisionner dans les mêmes endroits.

 

Au cours des quatre premières semaines, 93,25 % des consommateurs ont constaté qu'un produit qu'ils voulaient acheter était momentanément indisponible. Plus d'une personne sur deux (56,39 %) craignait des problèmes d'approvisionnement dans l'alimentaire. Les femmes (60,28 %) semblant plus préoccupées par le sujet que les hommes (55,24 %).

 

En revanche, les hommes semblent plus enclins à faire des stocks que les femmes. Pour gérer leurs inquiétudes face à la pénurie de certaines denrées alimentaires, 17,13 % des hommes déclarent avoir déjà fait des réserves, contre 14,62 % des femmes. 10,97 % des femmes et 11,04 % des hommes avaient l'intention de faire des réserves alimentaires au moment de l'enquête. En revanche, 30,81 % des femmes et 27,99 % des hommes se sont renseignés sur les produits alternatifs.

 

Produits d'hygiène

Selon l'enquête, la pandémie en France n'a pas eu d'impact significatif sur le comportement des consommateurs dans cette catégorie de produits. 69,93 % des personnes interrogées par Dealabs déclarent dépenser autant qu'avant, 20,5 % ont plus dépensé en produits d'hygiène, et 15, 56 % déclarent avoir moins dépensé.

 

Contrairement à leur comportement d'achat dans l'alimentaire, la plupart des consommateurs n'ont pas changé durant cette période, la fréquence d'achat de produits d'hygiène. 64,26 % déclarent en avoir acheté « aussi souvent qu'avant ». 15,3 % acheter « plus souvent » et 20,44 % « moins souvent ».

 

Les femmes ont moins dépensé dans cette catégorie de produits que les hommes. En revanche, 15,2 % des hommes, et 14,71 % des femmes, en achètent « plus souvent » depuis le début de la pandémie en France.

 

Peu de changement au niveau des lieux d'achat dans cette catégorie. 76,88 % des consommateurs interrogés ont déclaré avoir acheté ces articles aux endroits habituels. 10,96 % ont privilégié les achats en ligne, 9,14 % en supermarchés et 3,03 % en pharmacies.

 

14,42 % des consommateurs interrogés par Dealabs déclarent avoir acheté des produits en grande quantité notamment du papier toilette, et seulement 5,7 % envisageaient de le faire au moment de l'enquête. Parmi ceux qui ont fait des réserves ou qui prévoyaient d'en faire, 38,33 % l'ont fait parce qu'ils avaient constaté que les produits n'étaient plus disponibles, et 27,53 % ont fait des stocks parce qu'ils craignaient des difficultés d'approvisionnement.

 

Produits high-tech

Un consommateur sur trois (33,84 %) a acheté un produit high-tech au cours des quatre premières semaines de confinement, et 7,37 % des répondants avaient l'intention de le faire au moment de l'enquête.

Les achats high-tech sont plus importants chez les hommes (35,99 %) que chez les femmes (22,31 %). 7,35 % des hommes, et 6,33 % des femmes, envisageaient de faire un achat high-tech au moment de l'enquête. De même, les dépenses en produits high-tech sont plus élevées chez les hommes (271,21 €) que chez les femmes (233,49 €).

 

De la mi-mars à la mi-avril, les achats reflètent le quotidien des Français qui passent beaucoup plus de temps à la maison. Les smartphones et les écouteurs ont été plébiscités par les consommateurs. 12,86 % des répondants qui ont effectué un achat high-tech se sont procuré l'un de ces produits.

Viennent ensuite les consoles, suivies de près par les appareils ménagers tels que les aspirateurs (10,17 %) et les imprimantes (9,45 %). Dans le reste du classement, on retrouve les appareils de cuisine (7,81 %), les ordinateurs portables (6,89 %), puis les souris d'ordinateur (6,5 %), les PC (6,17 %) et les écrans d'ordinateur (6,04 %).

Dans le secteur high-tech, la pandémie a eu peu d'impact sur les comportements d'achat. Un consommateur sur deux (50,33 %) ayant acheté un produit électronique au cours des quatre premières semaines a déclaré qu'il aurait dans tous les cas réalisé cet achat. Un consommateur sur quatre (26,77 %) dit qu'il aurait « probablement » acheté le produit. Seulement 5,77 %  ont répondu qu'ils n'auraient pas acheté le produit si l'épidémie n'avait pas éclaté en France.

Le développement du télétravail a également joué en faveur des produits high-tech : 6,94 % des femmes et 5,4 % des hommes ont déclaré avoir acheté un produit électronique spécialement pour le télétravail. 6,76 % des femmes et 14,07 % des hommes affirment utiliser aussi cet article à titre personnel.

 

Produits de divertissement

Depuis le confinement, quatre consommateurs sur dix (39,2 %) ont acheté un produit de divertissement et dépensé en moyenne 83,17 €. Un sur vingt (4,46 %) a déclaré qu'il avait l'intention d'effectuer ce type d'achat. Pendant les quatre premières semaines du confinement, les hommes ont été particulièrement friands de jeux vidéo et de films. Les hommes ont dépensé environ 83,8 € dans ces produits et les femmes environ 77,8 €.

La pandémie a eu moins d'impact sur les comportements des consommateurs dans le secteur des produits de divertissement. Seulement 5,09 % des répondants n'auraient pas acheté ces articles si la crise n'avait pas éclaté en France, et 17,13 % ont répondu qu'ils n'auraient « probablement pas » réalisé ces achats.

 

Les jeux vidéo sont de loin les produits les plus plébiscités. 87,99 % des répondants en ont acheté depuis le 17 mars. Les jeux de société se placent en deuxième position (13,7 %). En 3e position viennent les équipements sportifs (8,17 %), suivis des films en Blu-ray (5,66 %) et des casques (5,22 %). Plus loin on trouve les jouets (5,09 %) et les DVD (2,26 %) des achats depuis le début du confinement. Les drones (1,82 %), les instruments de musique (1,52 %) et les jouets électroniques (1,52 %) sont également cités.

 

Services de streaming

Un consommateur sur trois (32,8 %) s'est abonné à un service de streaming vidéo ou musical au cours des quatre premières semaines du confinement, et 2,99 % des personnes interrogées par Dealabs prévoyaient encore de s'abonner au moment de l'enquête. Les hommes (33,66 %) semblent plus intéressés par ces achats que les femmes (29,91 %). Enfin, 2,73 % des hommes et 3,32 % des femmes ont toujours l'intention de le faire.

 

Curieusement, dans ce secteur, la pandémie semble avoir peu impacté les comportements de consommation. 45,97 % des femmes et 51,11 % des hommes interrogés par Dealabs ont répondu qu'ils auraient souscrit au service de streaming même si la pandémie de Corona n'avait pas éclaté en France. En revanche, seuls 5,69 % des femmes et 5,82 % des hommes ont souscrit à un abonnement uniquement en raison du confinement.

 

Le service de streaming vidéo de Disney+ lancé en mars a particulièrement plu aux consommateurs, il se hisse en première position à 57,77 %. 38,56 % se sont tournés vers Netflix et 20,58% se sont abonnés à Amazon Prime Video. Puis viennent Spotify (10,79 %), Canal+ (10,33 %), OCS (10,02 %), Deezer (8,03 %), Amazon Music (6,20 %), Molotov.TV (3,75 %), Apple TV Plus (3,21 %).

 https://mdz.me/enquete20

Haut de page