Flash Infos

LA TENDANCE JARDINIÈRE DEVRAIT PERDURER

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Le confinement a fait exploser la demande de jardinage, potager en tête. La tendance devrait s'inscrire dans la durée, d'après une enquête réalisée en ligne par Promesse de fleurs auprès d'un panel de 9 900 consommateurs, qui jardinent régulièrement et disposent d'un jardin (84 %), d'un balcon, d'une terrasse ou d'un jardin partagé. L'échantillon est représentatif de la population des jardiniers français sur les critères du sexe, d'âge, et de région.

Pour 85% des personnes interrogées par Promesse de fleurs (spécialiste de la vente internet de végétaux d'extérieur), le jardinage a occupé une place centrale dans leurs activités de confinés. Une personne sur dix a même démarré un potager pour la première fois.

 

Depuis le début du confinement, Promesse de fleurs, a triplé son volume d'activité avec plus d'un million de végétaux vendus en huit semaines. La pépinière a recruté une centaine de contrats à durée déterminée pour faire face à l'explosion brutale et durable des commandes, à la complexité de gestion des approvisionnements et des expéditions, ainsi qu'à l'afflux des appels et emails de néo jardiniers confinés. Le site internet a enregistré près de 4 millions de visites sur la période, soit deux fois plus qu'en temps normal.

 

Pour Pascal Griot, le dirigeant de Promesse de Fleurs : « Cela fait 15 ans qu'on entend parler du renouveau du jardinage, et pourtant la réalité des chiffres est que, année après année, sa pratique régresse. Aujourd'hui, il s'est vraiment passé quelque chose. L'envie de jardiner a explosé. Le mouvement est si fort qu'il devrait s'inscrire dans la durée. Le confinement et la crise que nous traversons ont agi comme les catalyseurs d'une tendance déjà en marche, avec le potager comme point d'entrée. Ceux qui ont découvert le jardinage durant le confinement ne seront pas tous des jardiniers réguliers, mais une partie le deviendra, avec un impact durable sur le marché. »

 

Le jardin au temps du confinement : espace nature, espace refuge

Deux tiers (66 %) des répondants à l'enquête ont passé plus de temps à s'occuper de leur jardin (ou de leur terrasse) pendant le confinement. 55 % ont jardiné tous les jours et 33 % ont mis les mains dans la terre deux à trois fois par semaine. Pour 85 % d'entre eux, le jardinage a occupé « une place centrale » dans leurs activités de confinés.

Selon l'enquête, le jardin est avant tout une source de plaisir (67 % des personnes interrogées) et répond à un besoin de nature (53 %), confirmant ainsi sa place croissante dans la vie des Français. Mais le sondage révèle aussi des motivations conjoncturelles liées à la crise : besoin de prendre l'air et d'être à l'extérieur (51 % des répondants), envie de se changer les idées et faire baisser l'anxiété ambiante (42 %), plus de temps disponible (34 %).

 

Le potager, porte d'entrée des nouveaux jardiniers

Tout le jardin est concerné par la frénésie jardinière de ce printemps, mais le potager s'affirme. L'enquête révèle qu'une personne sur dix a démarré un potager pour la première fois pendant le confinement. En 8 semaines, Promesse de fleurs a multiplié par 3,5 la vente de plantes et graines potagères, dixit Pascal Griot.

 

L'envie de mieux manger prédomine (66 % des personnes interrogées), loin devant le spectre de la pénurie et l'objectif d'autosuffisance alimentaire (15 %) ou même le souhait de faire des économies (17 %). Le potager reste avant tout un plaisir pour 58 % des sondés et un acte militant en faveur de la biodiversité et de l'environnement (30 %).

 

Les jardiniers débutants ont le plus profité du confinement pour faire pousser fruits et légumes : 70 % d'entre eux ont jardiné plusieurs fois par semaine et 64 % ont démarré un potager, confirmant une tendance perceptible depuis quelques années : le potager est devenu sans aucun doute l'une des principales clés d'entrée du jardinage.

 

Un mouvement qui devrait perdurer

Le jardinage a conquis durablement de nouveaux adeptes. Près de 40% des personnes interrogées par Promesse de fleurs estiment qu'elles passeront plus de temps au jardin à l'avenir, tandis que 45 %, majoritairement les jardiniers expérimentés, pensent revenir à une pratique habituelle.

 

L'essai est concluant pour les apprentis jardiniers : 7 jardiniers débutants sur 10 pensent poursuivre ce nouveau loisir après le confinement, 46 % des jardiniers occasionnels pensent y consacrer davantage de temps, mais prioritairement sur le jardin d'ornement.

https://www.promessedefleurs.com/

©photo Gnis/Lanceau

Haut de page