Flash Infos

LE COMMERCE SPÉCIALISÉ DÉÇOIT EN MARS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Dévoilé le 17 avril denier par la Fédération Procos, le panel économique mensuel de l'activité du commerce spécialisé (50 enseignes interrogées sur leur performance dans 50 pôles de références situés dans 15 agglomérations) fait apparaître de gros écarts de performances selon les secteurs d'activités. Globalement, le périmètre étudié par la Fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé, affiche en mars un léger fléchissement de 0,9 %, comparé à mars 2017 qui avait bien performé (+ 2,1 %). L'équipement de la personne subit le plus forte baisse (- 7 %), impacté à nouveau par des conditions  météorologiques défavorables. Rappelons que la température moyenne a été inférieure en mars 2018 (8,2 °C) à celle de janvier (8,4 °C), un phénomène que l'on n'avait pas connu depuis 1975. La moyenne du mois s'affiche en déficit de 0,5 °C par rapport à la moyenne de référence (années 1981-2010). Par ailleurs, l'ensoleillement a été faible et les précipitations (pluie, mais surtout neige) abondantes.

Fort heureusement plusieurs secteurs ont été marqués par une activité plutôt dynamique : l'équipement de la maison (de + 3 à + 5 %), l'alimentaire spécialisé (+ 2 %) ainsi que les services.

Ces données sont confortées par les chiffres de l'observatoire Procos/Stackr (fréquentation des commerces basée sur les données captées en permanence dans 18 000 points de vente sur 1 800 sites de commerce), les entrées en magasins plongeant de 7,7 % par rapport à la même période de 2017.

Coté localisation des magasins, les implantations en périphérie terminent le mois légèrement en positif (+ 0,3 %) tandis que les centres villes sont nettement plus pénalisés avec une activité négative à - 3,1 %. Le commerce de pied d'immeuble (- 4,4 %) est particulièrement touché.

En cumul trimestriel, ce mois de mars maussade confirme un début d'année très médiocre à - 3,2 %, un sérieux fléchissement sachant que le premier trimestre 2017 avait également été négatif (- 1,4 %). Le chute de l'activité cumulée s'enregistre aussi bien en centre ville (- 4,6 % en moyenne) qu'en en périphérie (- 2,4 %). Les moyennes surfaces de périphérie résistent le mieux (- 1,9 %).

Après des soldes médiocres et deux mois de perturbations météorologiques, les éléments conjoncturels n'étaient pas favorables au commerce spécialisé. On peut désormais craindre que les grèves des transports et les vacances scolaires impactent aussi l'activité du mois d'avril. Il est donc essentiel que tous les observateurs tiennent compte de ces phénomènes exogènes pour analyser avec un peu de hauteur l'activité du commerce de détail tant est impactée depuis plusieurs mois par des phénomènes atypiques. Or, cette situation risque de perdurer encore quelques semaines, ce qui, bien entendu, est fortement défavorable à la fréquentation des magasins et des lieux de commerce.

www.procos.org

Haut de page