Flash Infos

LE PROFIL DES SITES DE E-COMMERCE EN 2018

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Pour la 12e année consécutive la société Oxatis (poste d'observation économique opérant avec 10 000 e-commerçants sur plus de 22 secteurs d'activité), en partenariat avec la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) et le cabinet d'audit et de conseil Ernst & Young, a effectué une enquête dédiée à l'activité e-commerce des PME. L'enquête a été menée par Oxatis sur plus de 1 900 e-commerçants entre le 27 novembre et le 22 décembre 2018. 403 répondants en France. La méthodologie, le processus de collecte et de traitement des informations ainsi que les résultats chiffrés ont été audités et validés par Ernst & Young en janvier 2019

Grâce à un bon niveau de rentabilité, un impact positif du Web sur les magasins physiques, des perspectives de recrutement très favorables et une présence forte dans les petites communes, le e-commerce représente une opportunité de croissance majeure pour le développement économique des territoires.

 

Voici les résultats clés de 2018 :

• 83 % des sites e-commerce sont rentables ou à l'équilibre

Ce chiffre souligne le fort potentiel du e-commerce pour les PME. Alors que la proportion des sites rentables en 2017 était de 33 % cette valeur passe à 53 % en 2018 soit une augmentation de 20 points.

Dans le cadre du e-commerce BtoB, 87 % des sites des PME sont rentables. Cette croissance devrait encore se renforcer dans les prochains mois sur un marché qui avoisinera les 200 Md€ à l'horizon 2020, soit plus de deux fois le marché actuel du BtoC en France (Insee, 2018).

 

• 45 % des e-commerçants sont implantés dans les communes de moins de 20 000 habitants.

L'e-commerce est donc en train de s'affirmer comme un réel contributeur au dynamisme et à l'attractivité économique des territoires. Les PME du e-commerce participent donc à renverser la tendance au déclin démographique dans les régions et permet de concilier judicieusement la digitalisation avec une décentralisation réussie.

 

• 80 % des commerçants traditionnels qui disposent également d'un site de vente en ligne constatent un impact positif du web sur les visites et les ventes en magasin (56 % en 2016 et 65 % en 2017).

L'influence du E-commerce sur le magasin physique se fait à plusieurs niveaux : 79% des commerçants observent une augmentation de la fréquentation en magasin après consultation du site. Conséquence de ce comportement, 60 % des PME interrogées constatent une progression de plus de 10 % du chiffre d'affaires en point de vente physique à la suite du lancement de leur site.

La position des PME n'est donc plus seulement multi-canal ou cross-canal mais prend une dimension omnicanale.  Toutes les PME ont intérêt à utiliser le commerce en ligne comme prolongement de leur activité, à la fois en tant que canal de vente supplémentaire et comme support de communication et d'attractivité pour développer leur relation client.

L'enquête montre que les sites e-commerce permettent d'élargir immédiatement les zones de chalandise, non seulement de manière locale mais aussi à l'international. Les résultats sont significatifs, les e-commerçants exportent 5 fois plus que la moyenne des entreprises françaises.

 

• 9 800 postes créés partout en France en 2019. 13 500 créations de postes en prévision pour 2019, soit 10 % des créations d'emplois marchands prévues en France pour 2019.

Le e-commerce est un secteur qui offre des perspectives d'embauche favorables. 16 % des e-commerçants ont embauché au moins un salarié en 2018. C'est un chiffre qui s'érode légèrement sur les deux dernières années, puisque cette proportion était de 18 % en 2017 et 17 % en 2016. En moyenne les e-commerçants ont recruté 1,44 collaborateurs ETP en 2018. 23 % des e-commerçants qui déclarent vouloir recruter en 2019.

Les profils les plus recherchés concernent des experts du commerce et du marketing (43 %) alors que les métiers en lien avec les renforts logistiques (la gestion des entrepôts ou la préparation de commande) sont nettement moins représentés (26 %). Ce contexte explique l'augmentation de taille des sociétés du e-commerce, l'étude montrant à ce sujet que la part des sociétés de plus de 5 salariés a triplé en trois ans en passant de 12 % en 2016 à 25 % en 2018.

Haut de page