Flash Infos

LES RÉSEAUX SOCIAUX AU SERVICE DE L’INFORMATION

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Après s'être imposés dans le quotidien des Français, les réseaux sociaux sont devenus un outil professionnel incontournable pour les journalistes. Mais quel usage en font-ils ? Pour répondre à ces questions, Cision, acteur de logiciels et des services pour les relations publiques et le marketing digital, vient de réaliser une étude auprès de 240 journalistes français.

 

Il ressort de cette étude que :

• Plus de 91 % des journalistes utilisent les réseaux sociaux pour leur travail.

• Près de 60 % y consacrent moins de 2 heures par jour, tandis que plus d'un quart (26,38 %) sont présents sur les réseaux sociaux entre 2 à 4 heures par jour, et 14,05 % plus de 4 heures.

• Les journalistes travaillant uniquement pour des supports online sont plus consommateurs que ceux n'écrivant que pour l'offline : 25 % des premiers y consacrent plus de 4 heures par jour contre 12,5 % pour les seconds.

• Il y a une grande disparité au niveau des usages sur les réseaux sociaux selon les sujets traités par les journalistes. Par exemple ceux du domaine « marketing, e-commerce et high-tech, télécom » sont environ 30 % à y passer plus de 4 heures par jour contre moins de 5 % pour le secteur « économie, finances, entreprise »

• Si l'on prend en compte la périodicité du média, les journalistes qui ont une fréquence d'information en temps réel comme ceux de la presse quotidienne, de la radio, la TV ont une utilisation moyenne par jour largement supérieure à ceux de leurs confrères de la presse hebdo, mensuelle…

• Ils sont plus de 54 % à déclarer : « je ne pourrais plus me passer des réseaux sociaux pour exercer mon métier de journaliste » et l'on atteint 77 % pour les journalistes online purs.

• 70,26 % considèrent que les réseaux sociaux ont amélioré leur réactivité et 36,91 % leur productivité.

 

Twitter, Facebook et Linkedin : le tiercé gagnant pour travailler

Sur une échelle classée de 1 à 6 : Twitter est le réseau considéré comme le plus important professionnellement. Il arrive en tête avec un score de 4,9/6, suivi par Facebook (4,73/6), Linkedin (3,89/6) et loin derrière : Google +. À noter l'émergence des réseaux dits visuels comme Instagram et Pinterest (les journalistes du domaine de la mode, beauté, lifestyle sont plus consommateurs de ces réseaux que les journalistes d'autres secteurs même si Facebook reste leur « chouchou »)

 

Les réseaux sociaux : une concurrence aux médias traditionnels

Les réseaux sociaux sont devenus un moyen d'assurer une plus grande visibilité et viralité des articles rédigés par les journalistes. ils sont 64 % à s'en servir pour promouvoir et partager leurs écrits (et 94 % si l'on ne prend en compte que les journalistes travaillant uniquement pour le online). Dans cette question ou plusieurs réponses étaient possibles, ils sont près de 35 % (tous médias confondus) à être d'accord avec le fait que les réseaux sociaux leur permettent de développer leur « personnal branding ».

 

Leur présence est largement motivée par la volonté de garder un lien avec leur communauté et de l'animer (à plus de 47 %). On dépasse les 80 % pour les journalistes online purs. Néanmoins ils partagent et commentent volontiers d'autres articles trouvés sur la toile (près de 50 %).

La veille sur leurs sujets de prédilection est le deuxième usage le plus prisé (55,4 %)

 

• 44 % des journalistes pensent que les réseaux sociaux concurrencent les médias traditionnels : est-ce parce qu'ils permettent à chacun de prendre la parole, de partager une actualité en prenant une photo avec son smartphone ? Ce qui est sûr c'est que les réseaux sociaux sont vus par tous comme de nouveaux canaux d'informations.

 

Journalistes et RP des contacts à entretenir

Les réseaux sociaux commencent à être utilisés par les journalistes et les communicants pour échanger entre eux. Plus de 17 % les considèrent comme l'une des méthodes à privilégier avec l'email, devant le téléphone et le face à face. Ils sont même près de 22 % à déclarer prêter plus d'attention aux sollicitations envoyées via les réseaux sociaux que via les mails…

44 % des journalistes s'en servent pour entrer en contact avec des interlocuteurs capables de leur apporter des témoignages et des expertises ; on dépasse même les 80 % pour les purs online.

Les communicants doivent se montrer très attentifs dans leur façon d'interpeller un journaliste sur les réseaux sociaux et surtout ne pas le faire en mode « public ». Ils sont contre cette pratique à plus de 84,4 % sur Facebook et près de 62 % sur Twitter. Les messages privés sont nettement mieux perçus : de 42 % des journalistes sur Twitter et Linkedin et 36,5 % sur Facebook déclarent apprécier cette nouvelle façon de communiquer.

 

Des usages différents sur les réseaux sociaux

Comme on l'a constaté précédemment, Twitter est le réseau référent dans un cadre professionnel. Cependant si 71,64 % des journalistes possèdent un compte Twitter, ils sont légèrement plus nombreux sur Linkedin (72,73 %) et Facebook caracole en tête avec 80,1 %. Ceci n'est pas contradictoire puisque l'on constate que :

À la question « avec qui êtes-vous amis sur Facebook ? » la famille et les amis arrivent largement en tête avec un score de 8,78 sur 10. Viennent ensuite les confrères journalistes (6,55/10). Facebook est donc principalement utilisé dans un cadre privé.

Sur Linkedin la majorité des relations établies le sont avec des entreprises : porte-parole, experts et responsables de communication. On est dans une utilisation très professionnelle, autant pour leur travail qu'à titre personnel.

Les journalistes online purs sont plus nombreux sur Twitter (92 % contre 54 % d'offline). Twitter est un excellent outil pour savoir ce qu'il se passe en temps réel et un journaliste online peut rédiger un billet sur un « sujet chaud » et le publier instantanément.

À l'heure où les modes de communication ont évolué, les journalistes ont pris le virage des nouveaux outils et utilisent largement les réseaux sociaux dans un cadre professionnel. C'est au communicant de savoir s'adapter et de définir la meilleure stratégie RP, en sélectionnant bien les médias et les journalistes.

 

Pour voir l'étude complète, cliquer ici :

 

Haut de page