Flash Infos

QUELS SONT LES HOBBYS DES FRANÇAIS ?

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

©Photo : www.map-photos.com - N. & P. Mioulane

Un sondage Ipsos ayant pour thème les activités que pratiquent les Français pendant leur temps libre, a été réalisé du 23 au 29 octobre dernier, auprès d'un échantillon de 1 003 personnes représentatif de la population française, pour le salon Créations & savoir-faire (du 18 au 22 novembre à Paris Porte de Versailles - Halls 6 & 8).

Les activités créatives caracolent en tête à 71 %, les plus populaires étant la cuisine & la pâtisserie (46 %) et le bricolage (inclus le jardinage) & la décoration (44 %). Ils sont suivis par la peinture (12 %), le tricot (11 %), la couture (8 %) et encore le scrapbooking (collage de photos) (5 %).

La lecture, pratiquée par 60 % des Français culmine en 2e place alors que l'on pourrait penser que cette activité soit délaissée dans un monde ultra-connecté. Elle est citée par 70 % des femmes et 49 % des hommes, ces derniers préférant le sport (57 %) et le cinéma (53 %).

Activité plaisir également très appréciée des Français : les sorties culturelles. 35 % se rendent au musée ou à des expositions pour s'évader du quotidien.

Les amateurs de DIY

Selon l'enquête, leur profil varie selon deux critères : le sexe et l'âge. Si plus de trois femmes sur quatre (79 %) déclarent pratiquer au moins une activité créative, les hommes, s'adonnent à 62 % à ce type de loisirs. Les plus de 35 ans sont 77 % à pratiquer au moins un loisir créatif contre seulement 58 % des tranches d'âge inférieures.

Au rayon des motivations, on retrouve en tête l'envie de se détendre pour 43 % (47 % des femmes, 39 % des hommes), juste devant la fierté de pouvoir créer quelque chose de ses propres mains (37 %) et la possibilité de faire plaisir autour de soi pour 27 % (31 % des femmes et 21 % des hommes).

Dans un contexte de crise financière, le critère des économies est également un facteur de motivation (24 %) notamment chez les hommes. Les plus de 35 ans semblent plus sensibles à cet argument économique que les plus jeunes (27 % contre 13 %).

Haut de page