Flash Infos

REFLEXIONS SUR L’EVOLUTION DE LA CONSOMMATION

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Dans sa dernière newsletter, l'Obsoco (l'Observatoire société et consommation, créé en 2011) analyse les évolutions en matière de consommation avec un regard très interrogateur. L'Observatoire des Consommations Émergentes a été mis en place en 2012 pour suivre l'évolution du rapport des Français à la consommation. Il mesure l'engagement dans des pratiques s'écartant du modèle de consommation dominant et en cartographie les ressorts.  Il fournit les clés pour comprendre les profondes mutations qui s'opèrent, mais aussi des pistes de réflexions sur les façons d'y répondre et de saisir les opportunités de ces nouveaux marchés.

« Crise de l'hypermarché, confirmation du processus d'érosion de la fréquentation des centres commerciaux, dégradation des performances des enseignes, accélération de la surenchère promotionnelle… il devient évident que nous sommes en train de changer d'époque et que la transition est difficile. Est-ce la force de l'emprise du court terme qui a longtemps empêché les acteurs du commerce de prendre la mesure des mutations systémiques de notre époque ?

Le fait est que la prise de conscience de l'urgence de l'engagement dans un plan de transformation profond intervient bien tardivement. On ne relancera pas l'efficacité des modèles d'hier à coup de promotions spectaculaires, ni même en « digitalisant » le point de vente ou par les incantations au « phygital », ce néologisme qui désigne la pierre philosophale reliant miraculeusement le virtuel au réel. Les différents observatoires mis en place depuis la création de l'ObSoCo, montrent à quel point les changements sont profonds et témoignent d'une rupture dans l'histoire de la société de consommation et, plus généralement, de l'entrée dans un nouvel épisode de l'histoire du capitalisme.

Les consommateurs sont de moins en moins dupes des promesses de bonheur dans l'hyperconsommation. Ils doutent en masse de la bienveillance des grands acteurs qui cherchent à capter leur pouvoir d'achat, sans hésiter parfois à les tromper, voire à mettre en péril leur intégrité physique et l'avenir de la planète. Lorsqu'une société de consommateurs est en perte de sens, c'est en grande partie dans la consommation même que s'expriment le désir de rassurance, la quête de repères, l'aspiration à autre chose. Au cours des dix dernières années, les consommateurs ont déjà exprimé leur désir de consommer autrement en s'adonnant aux consommations collaboratives. Ils prennent leurs distances par rapport au régime alimentaire standard, et sont de plus en plus nombreux à exiger que leur consommation les aide à exprimer les valeurs auxquelles ils sont attachés…

On ne fera pas l'économie d'une remise en cause du cœur du modèle et d'une réflexion sur les paradigmes à déployer pour mettre l'offre marchande en phase avec les attentes des « gens » (arrêtons de les appeler « consommateurs » ou pire encore « shoppers ») et pour exploiter tout le potentiel du numérique pour promouvoir une bonne consommation, respectueuse de la nature et des Hommes.

 

L'Observatoire des consommations émergentes, mis en place en 2012, suit l'engagement des Français dans des pratiques qui échappent aux radars traditionnels et redessinent la consommation. Il offre une vision structurante des mutations de la consommation pour permettre aux acteurs de l'offre de se positionner face aux évolutions de leurs marchés.

En voici quelques résultats :

• Faire ses courses alimentaires dans une grande surface, c'est avant tout un plaisir pour 51 % des Français (une corvée pour 49 %), contre seulement 39 % en 2012. Les enseignes de la grande distribution seraient-elles en train de récolter les fruits des efforts engagés pour améliorer l'expérience client ?

• Seulement 50 % des Français affirment leur confiance dans les marques. C'est 7 points de moins qu'en 2012. 13 % de leur font pas du tout confiance.

 

Le rapport d'analyse détaillé peut être commandé sur : http://www.lobsoco.com/vague-4-de-lobservatoire-des-consommations-emergentes/

Haut de page