Flash Infos

UN TASSEMENT DANS L’ACTIVITÉ DU PAYSAGE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

©www.map-photos.com – Nathalie Pasquel

L'Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep) a dévoilé le mardi 6 octobre dernier les chiffres clés de l'activité du paysage 2013-2014.

Avec un chiffre d'affaires global de 5,34 milliards d'euros, la progression affiche seulement 1,5 % en deux ans. Toutefois, entre 2004 et 2012, le chiffre d'affaires du secteur avait fortement progressé (+31 % en 8 ans).

Par ailleurs, la croissance du nombre d'entreprises est proche de zéro (+200 entreprises par rapport à 2012 soit 28 600 entreprises en 2014). Il s'agit principalement de structures récentes et de petite taille : 62 % ont moins de huit ans d'existence et 63 % n'emploient aucun salarié.

Le nombre d'actifs, salariés et non-salariés, diminue de 1,5 % pour s'établir à 91 100 personnes en 2014. Cette évolution traduit globalement les anticipations des entrepreneurs quant à une évolution défavorable de leur activité, notamment sur les marchés publics.

Après une croissance soutenue sur les dix dernières années, les chiffres témoignent aujourd'hui d'un secteur parvenu à maturité. Le début d'année 2015 s'avère préoccupant, notamment avec une forte contraction des marchés publics liée à la baisse des dotations des collectivités locales. L'évaluation globale de l'activité est de -2 % au 1er trimestre et de -3 % au 2e trimestre. Sur le seul marché des particuliers, l'activité des paysagistes enregistre un recul de 1 % de son chiffre d'affaires tant au 1er qu'au 2e trimestre 2015. L'activité de création de jardins et d'aménagements paysagers a particulièrement souffert en ce début d'année : - 4 % au 1er trimestre et – 3,5 % au second. Les activités d'entretien résistent mieux (- 1,5 % sur les deux trimestres).

www.lesentreprisesdupaysage.com

 

Le commentaire de Promojardin

Nous partageons les propos de la Présidente de l'Unep, Catherine Muller : « Vecteur de lien social et de santé publique, climatiseur urbain face au réchauffement climatique, le végétal ne saurait se résumer à un atout uniquement esthétique, ce que les Français ont bien compris en le plaçant au cœur de ses préoccupations pour la ville de demain. » Le travail effectué par notre association aussi bien à travers la commission « Jardin d'amateur en ville » que dans notre action avec le Pacte pour le jardin va dans ce sens.

On peut toutefois s'étonner, au vu des chiffres présentés par l'Unep et notamment de la forte dégradation des marchés publics, que les politiques de verdissement urbain annoncées partout, ne se traduisent pas dans des faits sur le plan économique. Il est temps de passer de l'intention à l'acte et de tout mettre en œuvre pour que le végétal, le jardin et la nature fassent partie du cadre de vie de tous les citadins. Promojardin a bien l'intention de s'y employer.

Pour découvrir les chiffres du paysage en détail, cliquez ici :

 

 

En illustration : un potager de style urbain créé par le paysagiste Adam Frost.

Haut de page