Flash Infos

LA PRESSION PARASITAIRE S’INTENSIFIE EN FRANCE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Depuis 2017 pour les espaces verts publics et janvier 2019 pour les jardins privés, la Loi Labbé interdit la commercialisation, la détention et l'usage des produits phytosanitaires de synthèse. Avec les projets de durcissement de cette loi, les pouvoirs publics jouent à fond la carte du politiquement correct et se comportent comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Or, il n'en est rien, de nouveaux bioagresseurs apparaissent en permanence du fait de la mondialisation des échanges et leur aire de répartition ne fait que s'étendre. Voici deux exemples édifiants à ce sujet :
• La redoutable bactérie Xylella fastidiosa, actuellement présente en Corse, ainsi que dans 19 municipalités des départements des Alpes-Maritimes et du Var, a été observée cette année sur deux oliviers en France. Il s'agissait de deux arbres cultivés à des fins ornementales à Antibes et Menton. Il s'agit de la première détection de la bactérie sur olivier en France (source ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Alim'Agri du 6 septembre 2019). Depuis 2015, 5 100 échantillons d'oliviers ont été collectés en Provence-Alpes-Côte d'Azur et ont été testés, mais tous les résultats avaient été négatifs jusqu'à la récente détection. Les deux oliviers infectés ont été détruits et la surveillance intensifiée dans un rayon de 5 km autour des sites de détection.
• Le chancre coloré du platane (Ceratocystis platani) qui menace gravement la survie de cette essence, existe en France depuis 1940, mais la contamination s'était limitée dans la moitié sud du pays. L'Organisation nationale de la protection des végétaux (ONPV) a récemment informé de deux détections dans la moitié nord de la France.
Une inspection officielle réalisée en mai et juin dernier sur des platanes (Platanus acerifolia) de la municipalité de Nantes a donné un résultat positif pour deux échantillons. Les deux arbres se trouvaient sur une place de marché et faisaient partie d'un alignement de 18 sujets. Conformément à l'arrêté du 22 décembre 2015 relatif à la lutte contre le chancre coloré, visant à empêcher sa dissémination et son introduction, une zone délimitée a été mise en place. Elle comprend une zone infectée de 35 m de large et une zone tampon qui couvre toute la municipalité de Nantes. Les 18 platanes de l'alignement ont été arrachés.
Dans la municipalité d'Antony (Hauts-de-Seine), 8 platanes ont été atteints pas Ceratocystis platani en août dernier. Ces arbres se trouvaient le long d'une route. Les 128 platanes de la zone infectée ont été arrachés. Dans les deux cas, la plantation de platanes dans les zones infectées est interdite. Une surveillance officielle annuelle sera réalisée sur les platanes des zones tampon.

Si l'on ajoute à ces deux exemples l'extension des zones infectées par la pyrale du buis (Cydalima perspectalis), la processionnaire du pin (?Thaumetopoea pityocampa), la drosophile asiatique (Drosophila suzuki), la punaise diabolique (Halyomorpha halys) et bien d'autres, on doit considérer comme une priorité majeure le développement et la mise en place de solutions de biocontrôle efficaces pour toutes les problématiques parasitaires, ce qui, malheureusement, n'est pas encore le cas, le chercheurs n'ayant pas disposé de suffisamment de temps avant l'application des mesures d'interdiction des produits de soins classiques.
https://agriculture.gouv.fr/ministere/lorganisation-nationale-de-la-protection-des-vegetaux


En illustration : les dégâts de Xylella fastidiosa sur olivier

Haut de page