Flash Infos

Arbres climatiseurs 

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

La moitié de la population mondiale vit aujourd'hui dans des zones urbaines, mais les villes ne représentent qu'environ 3 % de la superficie terrestre mondiale. Des recherches dirigées par Lei Zhao, maître assistant en sciences de l'environnement de l'Université d'Urbana (Illinois , USA), indiquent que la plantation d'arbres dans les zones urbaines pourrait atténuer la hausse des températures. Dans sa communication publiée récemment dans « Nature Climate, Change », il conclut que les régions urbaines du monde entier connaîtront probablement une diminution quasi généralisée de l'humidité, à mesure que le climat change.

Partant du constat que les modèles climatiques précédents n'ont pas produit de données spécifiques aux villes, bien que ce soit là que se produise une grande partie de l'impact humain du réchauffement climatique, les auteurs de ce rapport proposent que la construction d'infrastructures vertes et l'augmentation de la végétation urbaine soient considérées comme des valeurs sûres pour les villes qui cherchent à atténuer la hausse des températures.

Les scientifiques et les urbanistes savent depuis longtemps que les températures dans les villes sont plus élevées que dans les zones rurales. Les infrastructures telles que l'asphalte de couleur sombre et les surfaces en béton absorbent plus de rayonnement solaire, tandis que la couverture réduite des arbres contribue à ce que l'on appelle « l'effet d'îlot de chaleur urbain ». Ainsi les températures dans les villes peuvent être jusqu'à 5 ° C plus élevées que dans les zones rurales environnantes.

Les arbres et la végétation aident à réduire la température en libérant de l'eau dans l'atmosphère, ce qui refroidit l'air. Ce phénomène était considéré comme ayant un effet limité dans les endroits naturellement humides, mais le nouveau modèle prédit que l'air dans la plupart des villes non côtières deviendra plus sec au siècle prochain. Cela rendrait l'évaporation de surface plus efficace, c'est-à-dire qu'une présence plus abondante de végétation en ville contribuerait plus fortement à réduire le réchauffement climatique.

 

©photo : N. & P. Mioulane / NewsJardinTV - Jardimiou

Haut de page