Flash Infos

AU JARDIN D’ÉDEN DISPARITION D’UNE GRANDE FIGURE DE LA BULBICULTURE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Robert Turc, qui a largement contribué au développement de l'entreprise Ernest Turc (créée par son père), est décédé le 27 mars 2014.
Né le 29 juin 1925 à Angers, Robert Turc appartient à une famille de colporteurs fleuristes de l'Oisans qui s'est installée en Anjou au début du XXe siècle, pour compléter ses collections de fleurs par des semences et des oignons à fleurs.
Âgé de 8 ans à la disparition de son père, Ernest Turc en 1933, Robert a tout de suite été animé par la passion de l'horticulture, montrant aussi un goût certain pour le commerce. Très jeune, il rejoignit l'entreprise alors dirigée par sa mère.
Dans les années 1940, Robert acquit une première expérience professionnelle dans les Ets. Georges Truffaut au Chesnay, puis aux Halles de Paris, vendant des fleurs coupées. Après la fin de la guerre en mai 1945, il effectua deux stages en Europe :
De 1945 à 1946 à Tunbridge Wells dans le Kent (GB) et en 1946 en Hollande pour la production de bulbes à fleurs et de fleurs coupées.
Toute sa vie fut consacrée à l'horticulture, et plus particulièrement à la bulbiculture. Il travailla entre autres à l'élaboration de nouvelles variétés, dont le fameux dahlia ‘Chat Noir', qui reste aujourd'hui un best-seller mondial. Robert Turc réunit autour de lui toute une équipe, cultivant jusqu'à 100 ha de glaïeuls et 250 variétés de dahlias, sans oublier les cannas, alstroemères, anémones ou renoncules, etc. L'aventure le conduisit aussi à cultiver des jacinthes en Bretagne pour les entreprises de forçage hollandaises. Passionné jusqu'au bout, il resta présent dans l'entreprise familiale jusqu'à 12 mars 2014.
Robert travailla aussi sur de nombreux projets horticoles pour l'interprofession. Il fut notamment l'artisan de la création du CNPH (Centre National de Promotion Horticole) à la Ménitré (49).
Avant de partir, il a pu dire, heureux : « Là où je vais, je suis sûr qu'il y a beaucoup plus de variétés de tulipes que sur cette terre ! »

Haut de page