Flash Infos

LE MONDE VÉGÉTAL EN CHIFFRES

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Depuis 2016, les Jardins botaniques royaux de Kew, qui font autorité dans le monde de la botanique, publient chaque année, un bilan de l'état des plantes dans le monde (State of the World's plants). On y trouve des informations très précises et intéressantes, dont voici quelques extraits de l'édition 2017 :

Les botanistes distinguent aujourd'hui 452 familles de plantes vasculaires : 3 familles de lycopodes, 12 familles de gymnospermes (conifères et cycas), 21 familles de fougères et 416 familles de plantes à fleurs (angiospermes). Mais 80 % de la nourriture d'origine végétale sont assurés par seulement 17 familles dont les principales sont les Poaceae (graminées), les Fabaceae (légumineuses) et les Brassicaceae (crucifères). Il faut y ajouter une vingtaine d'autres familles dont les Rosaceae et leurs 150 espèces de Prunus comestibles (abricotier, amandier, cerisier, pêcher, prunier) ainsi que le Malus (pommiers).

20 familles de plantes à fleurs comptent plus de 3 000 espèces chacune et 33 sont monospécifique (une seule espèce), dont 16 sont endémiques d'un seul pays. Le « top 5 » des familles les plus importantes est le suivant : Asteraceae (composées) : 32 581 espèces ; Orchidaceae : 28 237 ; Fabaceae : 20 856 ; Rubiaceae : 13 686 ; Poaceae : 11 434.

Côté fougères les Polypodiaceae  constituent la plus importante famille avec 4 080 espèces et chez les gymnospermes, il s'agit des Zamiaceae avec 232 espèces suivie de près par les Pinaceae (231).

Environ 2 000 nouvelles espèces végétales sont identifiées chaque année (1 730 en 2016). Un bon nombre présente un intérêt horticole (par exemple 29 nouveaux bégonias, 6 sauges, 2 camélias…), mais on découvre aussi des plantes alimentaires (un panais et une angélique en Turquie, un câprier aux Philippines, un durion à Bornéo, une vanille au Brésil. Côté plantes médicinales, il faut noter la découverte de neuf nouvelles espèces de Mucuna (Fabaceae), plante connue pour renfermer un précurseur de la dopamine, efficace dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Par ailleurs, la connaissance en matière végétale progresse, puisque désormais le génome de 225 plantes a été entièrement séquencé (+ 67 % en un an). Cela permet de mieux connaître l'évolution des espèces, mais également d'améliorer les programmes de conservation et de mieux utiliser leurs propriétés, par exemple à des fins médicales dans un but de traitement personnalisé. On compte aujourd'hui au niveau mondial, 28 187 plantes répertoriées comme médicinales, mais moins de 16 % (4 478) sont couramment utilisées. La famille des Fabaceae apporte la plus importante contribution avec 2 334 espèces, suivie par les Lamiaceae (labiées) avec 1 059 espèces. La valeur du marché mondial des plantes médicinales a été multipliée par 10 depuis le début des années 2000.

On recense désormais au niveau mondial 6 075 espèces de plantes invasives. Elles sont considérées comme l'un des facteurs les plus importantes de perte de biodiversité. Les Asteraceae (650 espèces) et Poaceae (649 espèces) contribuent le plus largement à cette problématique.

À l'inverse, 31 517 plantes sont désormais inscrites sur les listes Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction). Elles appartiennent à 60 familles végétales, mais il s'agit principalement de 26 567 orchidées,  de 1 898 cactées et de 716 Euphorbiacées. Il s'agit principalement de plantes tropicales, en France moins de 100 espèces sont concernées.

https://www.kew.org/science/who-we-are-and-what-we-do/strategic-outputs-2020/state-of-the-worlds-plants

Haut de page