Flash Infos

LE SAPIN FAIT DE LA RÉSISTANCE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

S'inscrivant dans une conjoncture difficile en raison de l'actualité tragique du mois de novembre, l'année 2015 affiche pour la première fois depuis des années, un léger fléchissement des ventes de sapins de Noël naturels (moins 1 point par rapport à 2014), Selon l'étude réalisée en décembre 2015 pour FranceAgrimer et Val'hor (panel TNS Sofres composé de 6 000 foyers représentatifs de la population française), 5,3 millions de sapins de Noël naturels ont été acheté en décembre 2015, pour un CA de 140 M€.

L'hiver dernier, 22 % des foyers français ont fait l'acquisition d'un sapin (-1,4 point par rapport à 2014), parmi lesquels 83,1 % ont fait le choix du naturel, contre 16,9 % pour l'artificiel. En tête des ventes depuis plusieurs années, le Nordmann (Abies nordmanniana) reste le favori des Français avec 72,8 % de parts de marché en volume. Cette espèce, vendue à un prix moyen de 28,4 €,  génère en valeur 78,6 % du marché du sapin de Noël naturel. L'épicéa (Picea abies) dont le prix moyen atteint 20,3 €,  arrive en deuxième position avec 24,3 % du volume (+0,6 point)

Côté mode d'achat, la part des sapins naturels achetés entre le 1er et le 9 décembre a augmenté en 2015 (+3 par rapport à 2014). Plus de 4 sapins sur 10 sont achetés pendant cette période (41,6 %). Les Français anticipent davantage leur achat pour profiter au maximum de l'ambiance de Noël. Les ventes de dernière minute sont en forte diminution (-5,4 points entre le 15 et le 20 décembre et -1,6 points après le 21).

Les acheteurs de sapins de Noël naturels ont été 47,1 % à choisir un sapin mesurant entre 1 m et 1,50 m et 36,7 % ont acheté un sapin plus grand. La taille des sapins naturels continue de progresser en 2015,  avec une hausse de 3,8 % du nombre de sapins de plus de 1,50 m.

Les grandes surfaces alimentaires restent le principal lieu d'achat des sapins de Noël avec un peu plus de 30 % du marché. Toutefois, ce circuit de distribution régresse, sans que cela profite aux professionnels des végétaux, qui perdent

également des parts de marché, excepté avec les épicéas. Les ventes de sapins de Noël naturels ont augmenté dans les magasins d'aménagement de la maison et dans les magasins et grandes surfaces de bricolage (+ 1 point chacun). On assiste à une émergence prononcée de circuits parallèles comme les écoles, les mairies ou les associations (6 % des achats de sapins naturels). L'achat sur les marchés ou les foires a régressé de façon significative en 2015, sans doute en raison du sentiment d'insécurité.

 

Pour voir la synthèse complète de l'étude, cliquez ici :

 

 

www.valhor.fr

Haut de page