Flash Infos

LES TIQUES DE PLUS EN PLUS VIRULENTES

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

On assiste depuis quelques années à une prolifération des tiques en France. Ce phénomène s'explique, entre autres, par les voyages et les échanges humains intercontinentaux, le réchauffement climatique, les migrations d'espèces animales, les pratiques agricoles…

Les tiques sont des acariens  « parasites », c'est-à-dire qu'elles se nourrissent et vivent à partir d'un autre animal. Toutes les espèces de tiques sucent le sang des vertébrés, principalement des mammifères terrestres et des oiseaux.

Le cycle de la tique se déroule en trois phases : larves, nymphes et adultes. À chaque évolution, elle se nourrit sur un hôte : des micromammifères (tels les mulots) pour les larves et les nymphes, et sur des grands mammifères, comme le chien ou l'homme, pour les adultes. Les tiques peuvent vivre jusqu'à trois ans.

Ces petites bêtes affectionnent les herbes hautes et les sous-bois mais on peut aussi les rencontrer dans les parcs et jardins citadins. Les tiques que l'on trouvait jadis uniquement dans les forêts au printemps et à l'automne, sont aujourd'hui présentes toute l'année dans tous les espaces végétalisés.

Elles ont développé des systèmes pour détecter la présence d'un hôte (gaz carbonique, vibrations, température). Elles se postent à l'affût au sommet d'une brindille ou d'une herbe, puis sautent sur leur proie et s'y attachent afin de prendre leur repas sanguin. En France, il existe quatre espèces de tiques : la plus répandue étant Ixodes ricinus, celle qui transmet la maladie de Lyme.

Cette prolifération des tiques entraîne l'aparition de nouvelles pathologies, avec des risques de maladies graves et parfois mortelles, souvent peu connues du grand public. Pour faire face à ces nouveaux risques, de nombreux acteurs et institutions se mobilisent en vue d'améliorer la prévention et faire avancer la recherche (INRA, laboratoires pharmaceutiques…).

Les tiques peuvent être infestées (c'est-à-dire en mesure de transmettre des maladies par morsure), simultanément par un à cinq agents pathogènes. En France, chez l'humain, la plus fréquente maladie transmise par les tiques est la borréliose de Lyme. Plus de 33 000 cas par an sont recensés, ce qui représente un enjeu de santé publique. On considère que si la durée d'attachement de la tique n'excède pas 12 h, la probabilité de transmission de la maladie de Lyme est faible. La prévention est l'unique moyen de se protéger.

Les animaux de compagnie sont la proie des tiques ce qui entraîne des réactions inflammatoires (nodules) sur le lieu de morsure. Mais surtout, en se nourrissant sur l'animal, les tiques peuvent leur transmettre différents agents pathogènes responsables de maladies généralement graves, et parfois mortelles. Le diagnostic est d'autant plus compliqué pour le vétérinaire que la tique présente la particularité de pouvoir transmettre plusieurs maladies à la fois.

Les principales maladies transmissibles aux chiens en France sont : la piroplasmose, mortelle si un traitement n'est pas réalisé en urgence par le vétérinaire, mais aussi l'ehrlichiose, l'anaplasmose, les rickettsioses et la maladie de Lyme. Cette dernière, très discrète chez les chiens, est très difficile à diagnostiquer. Or, aujourd'hui, les chiens peuvent attraper des tiques, même lorsqu'il fait froid. Il est donc recommandé de traiter les animaux de compagnie tout au long de l'année. Des produits antiparasitaires, appliqués ou administrés à la bonne fréquence, permettent de tuer la tique avant qu'elle n'ait le temps de transmettre les agents infectieux.

Le choix de la protection anti-tique adaptée dépend de l'âge du chien, du mode de vie de l'animal (urbain, rural), de ses habitudes (baignade, chasse, etc.) ou de son statut (gestation, allaitement). Il importe de lutter rapidement contre la tique car c'est lorsqu'elle se nourrit qu'il y a risque de transmission. En cas de piqûre, il faut retirer la tique, désinfecter et inspecter l'animal. Si le chien n'est pas protégé la consultation d'un vétérinaire est recommandée.

Conseils fournis par le site : www.lasantedemonchien.fr

Haut de page