Flash Infos

L’INQUIÉTANT FLÉCHISSEMENT DU MARCHÉ DES VÉGÉTAUX

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Selon le panel TNS Kantar cofinancé par FranceAgriMer et Val'hor, les achats de végétaux (inclus les fleurs coupées) des ménages français enregistrent, sur le premier semestre 2017 (1er janvier/30 juin), un recul de 8,3 % en volume et de 5,8 % en valeur par rapport à la même période de 2016.

Le secteur des végétaux d'ornement (plantes d'intérieur, d'extérieur et de cimetière/cérémonie) affiche globalement un recul de 9,5 % en volume et de 6,5 % en valeur.

Les plantes d'intérieur affichent le plus fort recul : -10,8 % en volume et -11,6 % en valeur, mais les végétaux d'extérieur ne sont guère mieux lotis avec un -9,7 % en volume nettement plus significatif que la légère hausse (+1,5 %) en valeur.

Les achats de végétaux pour le cimetière et les obsèques diminuent également de 5,3 % en volume et de 11,9 % en valeur.

Même le marché des végétaux potager recule (-6,8 % en volume), même s'il reste relativement stable en valeur (-0,8 %).

En termes de circuits, les magasins de la grande distribution constituent le principal lieu d'achat des végétaux d'ornement pour les ménages (26 % des volumes), suivis de la jardinerie (23 %), des exploitations (15 %) et des fleuristes (10 %). En sommes dépensées, les fleuristes prédominent (33 % de part de marché), devant les jardineries (21 %), la grande distribution (15 %) et les exploitations

(11 %).

Sur la période, le jardin reste la destination principale des achats de végétaux avec 50 % des volumes ; les balcons et les rebords de fenêtres représentent 22 %, et l'intérieur 18 %. En sommes dépensées, l'essentiel des achats concerne les végétaux d'intérieur (41 %) qui incluent les fleurs coupées ; le jardin représente 30 % et les balcons/rebords de fenêtres 11 %.

On peut s'inquiéter de ces chiffres (contrairement à ceux de l'étude Promojardin/Les Echos, il s'agit ici de déclaratifs) qui contredisent l'engouement apparent de nos compatriotes pour le végétal et qui surtout s'inscrivent sur une période qui a été globalement favorable, sur le plan météo, à la pratique du jardin. Il semble urgent de se pencher sur le paradoxe que constitue ce marché et Promojardin mènera prochainement une réflexion à ce sujet.

www.franceagrimer.fr

 

©photo : N. & P. Mioulane/NewsJardinTV

Haut de page