Flash Infos

MOBILISATION EUROPEENNE CONTRE LES PLANTES INVASIVES

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Les espèces exotiques envahissantes (plantes, animaux, champignons ou micro-organismes) sont reconnues comme étant l'une des plus grandes menaces pour la diversité biologique car elles infligent des dommages irréversibles aux écosystèmes qu'elles envahissent. On recense en Europe environ 12 000 espèces exotiques, dont de 10 à 15 % sont considérées comme invasives. Ces dernières coûtent chaque année l'UE près de 12 milliards d'euros.

Lors de l'invasion d'un habitat, les plantes exotiques envahissantes peuvent supplanter la flore locale, dégrader et modifier les services écosystémiques, appauvrir la biodiversité, altérer la santé humaine, engendrer des coûts économiques élevés à la fois pour les programmes de contrôle et de gestion.

 

Destiné à réduire la menace que représentent les plantes exotiques envahissantes pour l'Union Européenne, grâce à des évaluations de haute qualité, le projet financé par le programme LIFE, est intitulé : « Atténuer la menace que représentent les plantes exotiques envahissantes au sein de l'UE sur la base d'analyses du risque phytosanitaire en appui au règlement européen 1143/2014 ». Ce projet répond aux exigences du règlement (UE) n ° 1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes.

L'Organisation Européenne et Méditerranéenne pour la Protection des Plantes (OEPP) est en charge de la gestion globale du projet en collaboration avec le Centre pour l'écologie et l'Hydrologie qui modélisera et cartographiera les distributions potentielles de 16 plantes exotiques envahissantes prioritaires.

Le Panel de l'OEPP sur les plantes exotiques envahissantes apportera un appui scientifique tout au long du projet.

Le projet est financé par la Commission Européenne, DG Environnement, ainsi que le programme de financement LIFE.

 

Un règlement déjà en vigueur

Afin d'atténuer la menace permanente représentée par les plantes exotiques envahissantes pour l'UE, la Commission Européenne a adopté le règlement ( n ° 1143/2014) sur la prévention et la gestion de l'introduction et de la dissémination des espèces exotiques envahissantes. Ce règlement est entré en vigueur le 1er Janvier 2015.

 

Le règlement vise à répondre à l'impact négatif des espèces exotiques envahissantes sur la biodiversité, les services écosystémiques, la santé humaine ainsi que l'économie dans les États membres de l'UE. Le règlement est centré sur trois thèmes principaux : la prévention, la détection précoce avec l'éradication rapide et la gestion. Le règlement prévoit l'adoption d'une liste des espèces exotiques envahissantes d'importance pour l'UE, basée sur des évaluations des risques. Les espèces figurant sur cette liste seront soumises à des restrictions, y compris pour leur utilisation, leur commerce et leur transport.

 

Objectifs du projet

• À ce jour, l'OEPP a effectué des ARP (Analyse du Risque Phytosanitaire) sur les espèces de plantes exotiques envahissantes suivantes : Alternanthera philoxeroides (plante alligator, Amarantacées),  Baccharis halimifolia (séneçon en arbre, Astéracées), Cabomba caroliniana (ondine de Carline, Cabombacées), Crassula helmsii (orpin des marais, Crassulaceae), Heracleum persicum (berce de Perse, Apiacées), Heracleum sosnowskyi (berce de Sosnowski, Apiacées), Hydrocotyle ranunculoides (hydrocotyle fausse renoncule, Araliacées), Ludwigia peploides (jussie rampante, Onagracées), Ludwigia grandiflora (grande jussie, Onagracées), Lysichiton americanus (arum bananier jaune, Aracées), Microstegium vimineum (Poacées), Myriophyllum heterophyllum (myriophylle, Holaragacées), Parthenium hysterophorus (absinthe marron, Astéracées), Polygonum perfoliatum (renouée perfoliée, Polygonacées), Pueraria montana var. lobata (kudzu, Fabacées), Senecio inaequidens (séneçon du Cap, Astéracées) et Solanum elaeagnifolium (morelle à feuilles de chalef, Solanacées).

• Ces espèces hautement prioritaires ont été sélectionnées par l'OEPP dans le cadre du processus de priorisation pour les plantes exotiques envahissantes publié en 2010. Il a été conçu en mettant l'accent sur les problèmes de santé des plantes principalement centrés sur les impacts économiques et écologiques.

• En accord avec l'article 4 du présent règlement, la plus forte priorité pour effectuer une évaluation des risques est accordée aux espèces de plantes exotiques satisfaisant les critères suivants :

• Elles sont étrangères au territoire de l'UE à l'exception des régions ultrapériphériques

• Elles sont capables d'établir une population viable et de se propager rapidement dans l'environnement au sein de l'UE (à l'exclusion des territoires ultrapériphériques),

• Elles sont capables de causer des impacts majeurs préjudiciables à la biodiversité et aux services écosystémiques associés,

• Les actions peuvent être prises pour empêcher, réduire ou atténuer efficacement les effets négatifs. Cela implique que les espèces se déplacent de pays en pays essentiellement par le biais d'activités humaines, et que des zones propices à leur dissémination existent et sont importantes au sein de l'UE.

 

 

En illustration : plante appréciée dans les jardins, Lysichiton americanus est devenu invasif en Europe. ©www.map-photos.com – GWI

Haut de page