Flash Infos

SIX CONSEILS POUR SE PROTÉGER DES CYBER ATTAQUES

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Suite aux dernières attaques informatiques tel WannaCry, l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) vient d'annoncer un MOOC (massive open online course), c'est-à-dire une formation en ligne pour un grand nombre de participants, destiné à aider les entreprises à bien se protéger. Ceci met en évidence que la sécurité d'une entreprise doit être l'affaire de tous ses employés, et pas simplement des équipes dédiées au sein du service informatique. La capacité de résistance de toute organisation dépendant de son maillon le plus faible, voici six conseils proposés par Thibaut Behaghel, spécialiste produits International chez LogMeIn.

Les PME devraient développer un programme de sensibilisation aux pratiques de cybersécurité spécialement adapté à leurs problématiques. Contrairement à leurs homologues des grandes entreprises, les dirigeants des PME sont davantage impliqués dans des décisions d'ordres variés ce qui influe directement sur leur capacité à consacrer le temps ou l'attention nécessaires à la sécurité des systèmes d'information.

Tout programme conçu pour sensibiliser les employés aux méthodes de protection des menaces devrait en premier lieu viser à développer les connaissances des meilleures pratiques à tous les échelons hiérarchiques. Voici à quoi pourrait ressembler un tel programme pour les petites et moyennes entreprises, et qu'elles devraient en être les priorités…

 

Respecter les principes de bases

En matière de sécurité, il faut commencer par mettre en place des règles concernant la longueur, la complexité et la durée de validité des mots de passe et s'assurer que les nouveaux ne soient pas identiques à ceux arrivés à expiration. Le déploiement de capacités d'authentification à deux facteurs (ou multifactorielle) renforce considérablement la sécurité, en obligeant les employés à prouver leur identité une deuxième fois avant de se connecter à leurs comptes.

 

Gérer les accès des utilisateurs

Quel que soit le nombre d'employés de l'entreprise, chacun ne doit avoir accès qu'aux informations et aux données qu'il est autorisé à consulter. Même lorsque le service informatique ne leur a pas explicitement donné accès à un compte, il est fréquent d'assister à un partage d'identifiants guidé par une recherche de commodité. Les mots de passe doivent faire l'objet d'un partage sécurisé, et avec les personnes adéquates.

 

Les entreprises doivent être conscientes qu'elles peuvent être exposées lors du départ d'un employé, si des mots de passe ne sont pas correctement mis à jour, ou en cas de modifications au niveau des conditions d'accès. Il faut donc mettre en place des systèmes déterminant qui peut accéder à quoi, ainsi que des règles définissant le process de mise à jour des comptes en cas de changement de rôle.

 

Définir une politique de sécurité

Toute entreprise devrait créer une politique détaillant les mesures de sécurité prises au niveau de l'entreprise elle-même, et par l'ensemble de ses employés. Cette politique devrait idéalement décrire les exigences relatives aux mots de passe et les procédures de gestion des changements. Elle doit également énoncer les directives en matière d'utilisation de terminaux personnels dans le cadre professionnel (BYOD, bring your own device). En effet, cette pratique guidée par un souci de commodité constitue un vecteur de risques supplémentaires.

 

Former les salariés

Une fois la politique de sécurité mise en place, il est nécessaire de former les employés afin qu'ils en connaissent les règles et qu'ils sachent comment les respecter. Les services informatiques doivent donc les sensibiliser aux risques auxquels est exposée l'entreprise. En organisant des sessions de formation, en discutant des meilleures pratiques à adopter, et en informant les employés des principes de sécurité les plus importants et basiques (comme l'utilisation de mots de passe forts et uniques) les entreprises peuvent réduire leur vulnérabilité à des menaces potentielles.

 

Sécuriser les réseaux sans fil

Les PME doivent utiliser des mots de passe administrateurs et d'accès aux réseaux forts, et choisir des protocoles de chiffrement éprouvés (WPA2 et AES). L'idéal serait de créer des réseaux sans fil distincts pour les invités. En outre, les équipements dédiés doivent être protégées des accès physiques. Enfin, les employés et les sous-traitants doivent passer par un VPN (réseau privé virtuel) pour utiliser un réseau Wi-Fi public, tandis que l'accès aux informations sensibles sur de tels réseaux devrait bien sûr être limité.

 

Savoir reconnaître le phishing

Se traduisant par « hameçonnage » ou « filoutage, le phising est une technique utilisée par les fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d'identité. En cas de doute, il ne faut prendre aucun risque. Les entreprises doivent montrer à leurs employés comment repérer et signaler des e-mails suspects. Rappelons également de ne pas cliquer sur des liens inclus dans des messages en provenance d'inconnus, ou ne correspondant pas aux envois habituels d'un contact ou d'une entité de confiance.

 

La cybersécurité ne pourra être correctement gérée que lorsque l'État et les entreprises collaboreront pour résoudre ces problèmes. Celles qui se montreront incapables de passer à la vitesse supérieure en subiront les conséquences. Mais pour ce faire, il est nécessaire d'adopter une approche commune, et cela passe avant tout par de la sensibilisation des équipes.

https://www.logmeininc.com/

Haut de page