Flash Infos

UN ARBRE AFRICAIN CONTRE LES MALADIES D’ALZHEIMER ET DE PARKINSON

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

(Source www.lepoint.fr du 10 août 2014) Voacanga africana (Apocynaceae) est un petit arbre africain qui atteint 6 m de haut. Son écorce et ses racines renferment plusieurs composés actifs dont deux alcaloïdes : la voacangine et la voccamine, chimiquement apparentés à l'ibogaïne, molécule psychoactive extraite de l'iboga (Tabernanthe iboga). Depuis des décennies, les guérisseurs traditionnels utilisent les graines du Voacanga pour leurs effets stimulants et psychédéliques mais aussi anti-inflammatoires. Certains leur prêtent même un pouvoir aphrodisiaque !

Les scientifiques du Salk Institute for Biological Studies, un centre de recherche américain, ont découvert qu'un des composés de la plante semble protéger les cellules des altérations liées aux maladies d'Alzheimer et de Parkinson, mais aussi à la dégénérescence consécutive aux AVC. Les résultats viennent d'être publiés début août dans la revue scientifique « Journal of Ethnopharmacology ».

Au large du Gabon, dans le golfe de Guinée, l'archipel Sao Tomé-et-Principe est un des plus petits états d'Afrique avec moins de 200 000 habitants. Les scientifiques du Salk Institute for Biological Studies, en collaboration avec les guérisseurs traditionnels locaux, ont étudié trois espèces de plantes ayant, selon les praticiens, des effets sur le système nerveux. L'équipe a testé chaque échantillon sur des cellules humaines et des cellules de souris pour évaluer leur impact sur la neurodégénérescence. Les chercheurs ont notamment recherché la capacité des extraits végétaux à protéger les cellules du stress oxydatif, un processus en cause dans les dommages sur l'ADN et la neurodégénérescence liée à l'âge. Ils ont également évalué les propriétés anti-inflammatoires des composés et mesuré la capacité des végétaux à bloquer l'accumulation de peptides bêta-amyloïdes dans les neurones, un phénomène lié à la maladie d'Alzheimer.

Les scientifiques avouent avoir été très surpris par la puissance de ces premiers essais. Voacanga africana a tout particulièrement retenu leur attention, les premiers résultats s'étant avérés fort prometteurs, même à de faibles doses. Les effets anti-inflammatoire et neuroprotecteur de cette plante sont essentiellement liés à la voacamine, qui laisse présager un potentiel pharmacologique majeur pour traiter les maladies neurodégénératives.

 

Haut de page