Flash Infos

UN LABORATOIRE DE HAUTE TECHNOLOGIE VÉGÉTALE À ANGERS

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Issu du transfert de l'activité interne de production végétale « in vitro » de la société André Briant Jeunes Plants (St Barthélémy d'Anjou) et de l'association avec les Pépinières Multibaies (Cheffes), une nouvelle société de haute technologie végétale a vu le jour fin septembre dernier à Angers : le Laboratoire Angevin des Plantes (LAP). Dédié à la multiplication in vitro de végétaux, le LAP ambitionne de fournir les entreprises de production spécialisées dans les plantes ornementales et l'arboriculture fruitière. Un programme de recherche et développement, labellisé Végépolys, est actuellement mené en collaboration avec l'IRHS, l'Institut de Recherche en Horticulture et Semences, créé à Angers en janvier 2012, sous les tutelles de l'Inra, d'Agrocampus Ouest et de l'Université d'Angers.

La multiplication « in vitro » est une technique de multiplication végétative réalisée en laboratoire dans un milieu de culture très précis et à partir de jeunes bourgeons ou de méristèmes (petits groupes de cellules qui assurent le développement des plantes). Les plantules sont initiées, puis multipliées par phases successives jusqu'à former des bébés plantes prêtes à être sorties du laboratoire, repiquées et acclimatées dans un environnement moins protégé.

Bien que cette technique existe depuis les années 1980, elle est encore peu utilisée à grande échelle en France pour la production de plantes ornementales ou fruitières. Alors que la recherche agronomique nationale était pionnière en la matière, la plupart des laboratoires de production ont été délocalisés en Asie ou en Europe de l'Est.

Le LAP ambitionne de produire en 2018 un peu plus de 1 million de jeunes plants (plantules enracinées prêtes à être repiquées à l'extérieur du Laboratoire).

Selon Dominique Ménard, directeur du LAP : « Ce labo assurera le complément technique et le savoir-faire indispensables pour se différencier et justifier des prix de vente rémunérateurs qui permettront d'assurer le développement des entreprises horticoles et leur pérennité dans un environnement mondialisé et concurrentiel ».

Haut de page