Flash Infos

La vacance commerciale s’accroît

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

La Fédération Procos, qui représente plus de 260 enseignes, 60 000 points de vente en France, 735 000 emplois, pour un CA de 93,5 Md€, soit 35 % du commerce spécialisé français, a présenté récemment les résultats d'une étude sur la vacance commerciale. Il s'avère qu'elle s'est accrue entre 2001 et 2012,

aussi bien dans les centres villes que dans les centres commerciaux.

 

Dans les centres villes, la vacance atteignait en moyenne 7,1 % du parc de locaux commerciaux, en 2012 (6,3 % en 2001). Si le phénomène a donc connu une progression modérée durant ces dix dernières années (+ 0,8 %), il apparaît durable et il s'aggrave.

 

87 centres villes (soit près de la moitié de ceux observés) bénéficiaient d'une situation très favorable en 2001, avec un taux de vacance inférieur à 5 %. Ils ne sont plus que 47 dans ce cas en 2012, soit près de deux fois moins !

 

À l'opposé, 23 centres villes présentaient une situation très défavorable en 2001, avec un taux de vacance supérieur à 10 %. Ils sont désormais 51 dans ce cas en 2012, soit deux fois plus.

 

Les 33 villes dont le taux de vacance est resté inférieur à 5 % entre 2001 et 2012 : Aix-en-Provence, Angers, Beaune, Beauvais, Biarritz, Caen, Compiègne, Coutances, Draguignan, Epernay, Fontainebleau, La Rochelle, Lisieux, Meaux Montbéliard, Nantes, Orléans, Pontarlier, Reims, Rennes, Rouen, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Lô, Saint-Malo, Saint-Raphaël, Soissons, Strasbourg, Tours, Vannes, Versailles, Vesoul, Villefranche-sur-Saône, Villeurbanne.

 

Parmi les villes dont le taux de vacance est supérieur à 10 % figurent : Agen, Alençon, Guéret, Moulins, Nevers, Niort, Roubaix, Valenciennes.

 

La vacance commerciale a également progressé dans les centres commerciaux, mais plus modérément. Elle atteignait 4,9 % du parc de locaux disponibles en 2012, contre 4,3 % en 2001.

338 centres commerciaux (soit les 3⁄4 de ceux qui ont été observés) bénéficiaient d'une situation très favorable en 2001, avec un taux de vacance inférieur à̀ 5 %. Ils étaient encore 316 (soit 70 %) dans ce cas en 2012. À l'opposé, la part de centres commerciaux présentant une situation très défavorable, avec un taux de vacance supérieur à 10 %, est restée stable entre 2001 et 2012, autour de 14 %.

 

www.procos.fr

Haut de page