Flash Infos

LES ANIMAUX, UNE MENACE POUR LES SMARTPHONES ?

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Une étude réalisée au début de l'année par Quamtrics (entreprise de sondage) pour la société d'assurance et de garantie Square Trade (leader américain dans l'assurance des biens électroniques), révèle que 50 millions d'euros sont dépensés chaque année par les Français (plus de 1,5 Md€ en 5 ans au niveau européen) pour réparer les appareils électroniques détériorés par leurs animaux domestiques ! Les informations ont été collectées en ligne auprès de 16 000 propriétaires européens de chiens et chats, dont 2 215 propriétaires français.

La France compte près de 19 millions de chiens et de chats qui renverseraient, mâchouilleraient, inonderaient près de 20 millions de smartphones par an, autant d'incidents qui réduisent la durée de vie des appareils électroniques.

Les Européens ont dépensé 1,5 Md€ au cours des cinq dernières années (et les Français 250 m€) pour réparer les quelque huit millions de smartphones, tablettes et ordinateurs portables détériorés par les animaux domestiques !

73 % des accidents survenus en France concernent des appareils qui ont été mâchés par les animaux de compagnie parce qu'ils les ont pris pour des jouets.

29 % proviennent de la chute des appareils provoquée par un animal et 12 % par ceux qui renversent des liquides dessus.

33 % des accidents seraient dus à l'ennui, 28 % à un comportement jaloux et 22 % le résultat d'une colère. Les propriétaires possédant un chien et un chat ont 85 % de risques d'être confrontés à un accident, sachant que les animaux en surpoids ont 119 % plus de chance d'en provoquer. 50 % des accidents surviennent lorsque le propriétaire se trouve dans la même pièce que son animal et/ou essaye d'utiliser son appareil.

Pour extrapoler ces résultats, Square Trade a utilisé deux sources de données externes : les statistiques sur la population provenant de la deuxième version des « Principes et Recommandations pour la population et le recensement des foyers » élaborée par le département de l'économie et des affaires sociales de la Division de statistique de l'ONU. Et les taux des propriétaires d'animaux de la fédération de l'industrie européenne de nourriture pour animaux en 2012.

Cette enquête a été traduite en onze langues et diffusée en Finlande, Danemark, Suède, Norvège, Espagne, Italie, France, Portugal, Allemagne, Autriche, Pologne, Belgique et aux Pays-Bas.

 

Haut de page