Flash Infos

LES BIENFAITS ÉCOLOGIQUES DE LA HAIE

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

Depuis le siècle dernier, le bocage, véritable patrimoine national, a été fortement endommagé et partiellement détruit. Le linéaire de haies régresse toujours sous l'effet des arrachages et du fait de leur vieillissement. N'étant plus intégrées dans le modèle agricole dominant, les haies ne sont plus renouvelées. Cela génère une mutation profonde des paysages ruraux qui affecte la biodiversité, le cycle de l'eau et finit par nuire à l'agriculture elle-même.

Dans un contexte de réchauffement climatique, d'érosion des sols, de pollutions des eaux, de perte d'habitats pour la biodiversité, la disparition du bocage est un enjeu fondamental pour demain.

Les haies absorbent du carbone et participent activement à la lutte contre le changement climatique. Planter 1 km de haie stocke de 550 à 900 tonnes d'équivalent carbone sur 100 ans. Les haies jouent un effet brise-vent protecteur des cultures qui se ressent sur une distance de 15 à 20 fois la hauteur des arbres utilisés. Les haies servent d'abri aux animaux d'élevage ; le rendement (lait, viande) augmente jusqu'à 20 % lorsque les animaux sont bien protégés. Bien gérées, les haies bocagères peuvent fournir un bois renouvelable, y compris du bois d'œuvre. Elles limitent l'érosion des sols et les crues ; un terrain nu et pentu peut perdre entre 11 et 86 tonnes de sol/ha/an. Les haies purifient l'eau en filtrant les eaux de ruissellement ; certaines consomment des nitrates et fonctionnent donc comme un filtre épurateur. Les haies servent de refuge à une grande diversité d'animaux sauvages (oiseaux, petits mammifères, papillons, etc.). Elles sont la base de la trame verte et bleue de chaque région. Elles peuvent servir d'appoint de nourriture au bétail mais aussi aux êtres humains.

 

Pour protéger les haies, il convient de suivre les conseils suivants :

Ne pas les arracher. Même un talus peu arboré a une valeur qui peut être améliorée. Ne pas faire de coupes au printemps ou au début de l'été, pour ne pas perturber la période de nidification des oiseaux. Conserver une bande herbacée fleurie et sauvage en pied de haie. Ne pas araser les talus. Planter des haies, lorsqu'on possède un terrain adapté. Utiliser de préférence des essences locales, qui pousseront mieux et attireront plus de biodiversité.

Fin novembre est le meilleur moment pour planter des haies, en dehors des périodes de gel ou de sécheresse. Le choix des végétaux sera fonction de la nature du terrain mais aussi de la hauteur souhaitée pour la haie. Il faut préférer les mélanges d'arbustes aux haies composées d'une seule essence.

Source : http://www.bretagne-vivante.org

 

©photo : N. & P. Mioulane / NewsJardinTV – Jardimiou

Haut de page