Relations Institutionnelles

LE MANIFESTE DU PACTE POUR LA BIODIVERSITÉ AU JARDIN

Facebook Twitter LinkedIn
Imprimer

©www.map-photos.com – N. & P. Mioulane

Dans le cadre du colloque « la biodiversité s'invite au jardin » qui a réuni plus d'une centaine de participants le 12 octobre dernier à l'Assemblée nationale, il a été établi que le jardin s'affirme comme une parfaite représentation de la biodiversité domestique qui enrichit notre environnement. Le jardin, notamment dans un contexte urbain, constitue un havre de paix pour les mondes végétal et animal qui  peuvent s'y développer et s'y reproduire durablement. Mais pour jouer son rôle d'acteur engagé de la biodiversité, le jardin devra être cultivé et entretenu de manière exemplaire

Les jardiniers consacrent du temps, de la passion, des savoirs et des moyens pour maintenir et développer des « concentrés de biodiversité ». Ils sont des acteurs engagés de la préservation, de la restauration et du développement de la biodiversité domestique et sauvage. Le jardinage, dont les résultats sont visibles et mesurables, doit être naturellement intégré dans les dispositifs publics qui coordonnent l'action de l'État, des collectivités, des entreprises, et de toutes les parties prenantes concernées, en faveur de la biodiversité.

Dans ce contexte, l'association Pacte pour le Jardin a publié un manifeste qui engage les jardiniers dans 7 actions :

1. La mise en place de végétaux diversifiés et complémentaires, adaptés au sol et au climat de a région pour accueillir les diverses espèces animales, en limitant les haies monospécifiques. Les végétaux utilisés devront également être floraux, riches en pollen et en nectar, afin que les insectes puissent y trouver une  nourriture abondante.

2. Les haies séparant les propriétés devront faciliter le passage des animaux par des ouvertures fréquentes et de taille adaptée.

3. L'entretien des jardins se fera en limitant les traitements et en utilisant chaque fois que cela est possible  des solutions de biocontrôle.

4. Toutes les méthodes favorisant l'environnement comme le compostage, le paillage, les récupérateurs d'eau pluviale, le tri sélectif… seront mises en œuvre.

5. La limitation de l'artificialisation des sols, en privilégiant potagers, prairies et massifs fleuris, vergers, gazons, allées drainantes, etc.

6. La formation et l'information des générations actuelles et futures de jardiniers par les associations de savoirs  seront  systématiques et récurrentes.

7. Systématiquement, lorsque le jardin est menacé par des programmes d'urbanisation ou de densification urbaine, il sera mis en place  des solutions de compensation,  par exemple des murs ou des toits végétalisés.

 

 

Le pacte pour le jardin propose ainsi qu'un label décerné par le ministère de l'Environnement soit créé afin de reconnaître les jardins de la biodiversité sur la base d'un référentiel reprenant ces sept points.

Ainsi identifiés ils pourront naturellement  s'inscrire dans les trames vertes et les corridors écologiques du patrimoine collectif et leurs jardiniers participer pleinement, dans le cadre de la mise en place de l'Agence Française pour la Biodiversité et de son réseau territorial, à la concertation et au pilotage de ces trames vertes.

En tant que membre actif du Pacte pour le Jardin, Promojardin soutient de manière inconditionnelle ce manifeste.

 

En illustration : le jardin est un concentré de biodiversité.

©www.map-photos.com – N. & P. Mioulane

Haut de page